Pirelli révèle la complexité d'un redémarrage de la F1

James Allen
motorsport.com

S'exprimant en exclusivité pour Motorsport.com dans le cadre de la série d'entretiens #thinkingforward pour répondre à la crise du coronavirus, Mario Isola indique que Pirelli a quelques tâches difficiles à résoudre. Il lui faut notamment augmenter la production de pneus afin de s'adapter à un calendrier resserré, tout en trouvant des solutions pour minimiser les risques de transmission du virus entre son personnel et celui des écuries sur les Grands Prix. "Nous devons être certains à 100% d'être en situation de fournir les pneus, sinon le Grand Prix ne peut pas avoir lieu", résume Mario Isola.

Les pneus Pirelli dans le paddock

Les pneus Pirelli dans le paddock <span class="copyright">Glenn Dunbar / Motorsport Images</span>
Les pneus Pirelli dans le paddock Glenn Dunbar / Motorsport Images
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Glenn Dunbar / Motorsport Images

Dès lors que la compétition aura repris, Mario Isola estime qu'en dehors du personnel en charge du marketing et de la communication, Pirelli devra tout de même envoyer son staff habituel pour la manutention et l'ingénierie sur les Grands Prix, soit un total d'environ 45 personnes. Cependant, une détermination minutieuse de l'espace de travail ainsi que les roulements par équipe devraient minimiser les risques pour le personnel d'être trop rapproché, permettant de respecter la distanciation physique. La F1 prévoit de maintenir les équipes dans leur propre "bulle" lors des Grands Prix, pour qu'elles ne se mêlent pas à d'autres. De son côté, Mario Isola précise qu'il faut encore résoudre la problématique pour que des entreprises comme Pirelli puissent travailler en toute sécurité alors qu'elles coopèrent avec toutes les écuries.

Lire aussi :

Michelin reporte d'un an son nouveau pneu avant en MotoGP

"Je connais le plan de la F1 pour maintenir les équipes telles des bulles afin d'éviter les contacts entre elles. Le problème, c'est que nous sommes partout", rappelle-t-il. "Pirelli est dans chaque garage avec un ingénieur, et nous en avons déjà discuté. L'une des questions est de savoir s'il est possible d'allouer un espace dans le garage uniquement pour l'ingénieur Pirelli, les pneus et le technicien Pirelli afin d'éviter tout contact avec l'équipe. Nous devons aussi comprendre comment assister aux réunions au sein des équipes. Je préfère s'ils peuvent le faire en visioconférence par exemple, car le problème est que si nous avons quelqu'un positif chez Pirelli, il y a ensuite le risque de propager le virus dans les dix équipes ou partout dans le paddock."

"C'est un problème qui n'affecte pas seulement Pirelli, ça touche toutes les entreprises et organisations qui sont en contact avec toutes les équipes. On peut penser à la FIA : elle est au contact de toutes les équipes, par exemple, ou à différents fournisseurs pour les casques, les freins ou tout autre composant à disposition de plus d'une équipe. Il nous faut donc aussi des procédures et des protocoles spécifiques pour ceux qui ont ce type de boulot dans le paddock."

Pirelli n'est pas concerné par la suspension obligatoire des activités qui a été imposée aux équipes dans la période actuelle. Ainsi, pendant ce temps le travail de développement sur les pneus 18 pouces pour 2022 se poursuit. "Naturellement, nous ne pouvons pas faire d'essais. Mais la semaine dernière nous avons débuté nos activités, par exemple avec les tests indoor", révèle Mario Isola. "Nous ne sommes pas touchés par la fermeture comme le sont les écuries, donc nous travaillons et nous pouvons mener des analyses ou tester des prototypes avec nos installations indoor, avant d'aller en piste l'année prochaine."

À lire aussi