Pisté par l'OM, Alexis Sanchez (Inter Milan) vaut-il toujours le coup ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Alexis, bonne ou mauvaise idée ? (Paolo Bona/Presse Sports)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans les petits papiers de Marseille, l'attaquant chilien Alexis Sanchez a un passé qui parle pour lui. Mais est-il encore au niveau attendu ?

L'avenir d'Alexis Sanchez pourrait donc s'écrire en France. Comme nous vous le confirmions ce jeudi, l'OM discute actuellement avec l'entourage de l'attaquant international chilien (146 sélections, 48 buts) pour négocier une éventuelle venue cet été. Alors, depuis, une question se dessine sur toutes les lèvres : à 33 ans, Alexis peut-il toujours être considéré comme un réel renfort de choix ?

De leader offensif à joker de luxe

S'il n'est pas encore entré dans la catégorie des vétérans, le « Niño Maravilla » ou enfant prodige a assurément son pic de carrière derrière lui. Disons qu'il a connu ses meilleures années, au moins d'un point de vue statistique, entre 2010 et 2017, lorsqu'il filait de l'Udinese à Arsenal, en passant par le Barça.

Ensuite, son départ à Manchester United, pour plus de 30 M€, à l'hiver 2018 n'a jamais vraiment été rentabilisé (5 petits buts en près de 50 apparitions). Son temps de jeu s'en est ressenti. Malgré tout, le Chilien a réussi à - un peu - se relancer avec l'Inter, où il a débarqué à l'été 2019 (d'abord en prêt, puis définitivement libéré).

À Milan, il est surtout devenu un joker, sorte de numéro 3 dans la hiérarchie offensive, derrière le duo Lautaro Martinez-Romelu Lukaku. Bien que moins utilisé (environ 1 000 minutes par saison en Championnat), Alexis a su se faire sa place et être décisif, surtout lors du titre conquis en 2020-2021 (7 réalisations et 7 passes décisives en Serie A).

Avec le temps, le droitier a aussi vu son jeu évoluer, du pur ailier colleur de ligne à un rôle plus recentré, mais toujours autant mobile. Serait-il capable d'évoluer davantage sur le côté dans le 3-4-2-1 d'Igor Tudor ? La question se pose. Il semble aujourd'hui plus à l'aise quand il est associé à un deuxième attaquant axial. Mais sa puissance et sa vivacité paraissent en accord avec l'intensité réclamée par le nouveau coach marseillais.

Fragile mais expérimenté

Autre interrogation : son état physique. Depuis quelques années, l'ex-Gunner est victime de blessures récurrentes, souvent musculaires. De quoi refroidir, forcément, au vu de ses exigences salariales. En revanche, son vécu au plus haut niveau, notamment sur la scène européenne (64 matches de Ligue des champions, pour 13 buts et 16 passes décisives) joue en sa faveur. Suffisant pour faire pencher la balance ?

lire aussi

Toute l'actualité transferts

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles