Placé en redressement judiciaire, Camaïeu n’a toujours pas de repreneur ni d’investisseur

Placé en redressement judiciaire, Camaïeu n’a toujours pas de repreneur ni d’investisseur

Faillite - A quelques jours de l’échéance du redressement judiciaire, la société de prêt-à-porter Camaïeu n’a ni investisseurs, ni repreneurs, selon la CGT

Recherche investisseurs ou repreneurs désespérément. A en croire la CGT, syndicat majoritaire chez les salariés, l’entreprise de prêt-à-porter nordiste, Camaïeu, placée en redressement judiciaire depuis la fin juillet, « ne dispose, pour l’instant, d’aucune intention ou offre de reprise ». Et ce, à quelques jours de l’échéance du tribunal de commerce de Lille. « Le risque, c’est la liquidation judiciaire », souligne Thierrry Siwik, délégué CGT.

Créée en 1984, à Roubaix, dans le Nord, l’enseigne d’habillement féminin est en cessation de paiements, deux ans après sa reprise par la Financière immobilière bordelaise, société fondée par l’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon. A l’époque, le nouvel actionnaire avait réduit les effectifs de 3.100 à 2.600 salariés et le nombre de magasins de 630 à 510.

Renflouer la trésorerie

C’est le mercredi 28 septembre que les dirigeants de Camaïeu doivent présenter au tribunal de commerce leur plan de continuation pour relancer l’entreprise. « L’actionnaire doit fournir 15 millions d’euros pour renflouer la trésorerie et apporter les gages nécessaires pour le plan de financement », s’inquiète Thierry Siwik.

Il y a une dizaine de jours, un « préprojet » a été présenté aux juges-commissaires du tr(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Cette Niçoise n’a pas acheté un seul vêtement depuis plus d’un an
Issey Miyake, le « fabricant de vêtements » innovateur dans l’âme
VIDEO Braderie de Lille : Après deux ans d’absence, « ça fait du bien d’être là, ça manquait vraiment »