Plafond budgétaire : la F1 proche d'un accord

Basile Davoine
motorsport.com

Après une série de consultations et plusieurs réunions organisées à distance, les instances dirigeantes devraient donner prochainement aux écuries de Formule 1 l'orientation choisie pour l'évolution du plafond budgétaire. Le point de départ devrait se situer à 145 millions de dollars par an et par équipe en 2021, tandis que de nouvelles discussions porteront sur un abaissement de ce plafond à 130 M$ en 2022. Cela permettrait notamment aux plus grandes écuries de se préparer à des réductions de personnel, tout en se rapprochant peu à peu de la barre des 100 M$ que réclamait certaines structures, McLaren en tête.

Lire aussi :

Racing Point espère que le plafond budgétaire nivellera la F1Plafond budgétaire : Ferrari menace de "déployer son ADN" hors de la F1

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"La réunion d'aujourd'hui était entre la FIA et la Formule 1", explique Ross Brawn, patron sportif de la F1, au micro de Sky Sports. "Les détails seront communiqués aux équipes dans les prochains jours. Il y a eu énormément de consultations et je crois que nous sommes désormais dans les dernières étapes. Tout sera bientôt clair. Les objectifs initiaux du plafond budgétaire étaient d'avoir un peloton plus compétitif et je pense que compte tenu de la situation actuelle, la viabilité économique de la Formule 1 est la priorité. Je pense que ça compte autant pour les grandes que pour les petites équipes." 

"Il est devenu très clair pour les gens qui sont au-dessus de certains directeurs d'équipe et cadres dirigeants de ces structures que le message est limpide : nous devons réduire les coûts. Par conséquent, c'est une grosse étape supplémentaire dans la réduction du plafond budgétaire. Nous avons commencé à 175 M$, il y a eu une longue bataille pour y parvenir, et compte tenu de la crise actuelle nous allons maintenant commencer à 145. La discussion porte vraiment sur le fait de se demander à quel point nous pouvons l'abaisser encore ces prochaines années."

"Nous voulons toujours que les grandes écuries gagnent"

Ross Brawn rappelle également que l'abaissement du plafond budgétaire s'accompagnera d'une redistribution des revenus plus équitable dans le cadre des futurs Accords Concorde, ce qui devrait permettre un nivellement du plateau en matière de ressources. "C'est équilibré dans toutes les directions", insiste-t-il. "Nous réduisons la quantité d'argent qui pourrait être dépensée en F1 et nous améliorons la distribution des primes en la rendant plus équitable entre les équipes. Une bonne équipe de milieu de grille devrait pouvoir signer des podiums, peut-être gagner, et elle devrait faire un petit bénéfice. Si nous y parvenons, alors nous aurons un avenir viable."

Par ailleurs, la F1 a définitivement écarté un nouveau report de la future réglementation, qui a déjà été décalée de 2021 à 2022. Cette hypothèse avait notamment été soulevée par , toujours dans le but de réaliser des économies, mais n'a pas été retenue. "Certaines équipes ont insisté pour reporter d'une année supplémentaire", confirme Ross Brawn. "Je crois qu'il y a un besoin justifié de conserver ces voitures l'année prochaine. Les initiatives que nous prenons avec la nouvelle réglementation est de rendre la F1 plus viable économiquement au niveau de sa complexité, de là où est dépensé l'argent. Les voitures actuelles sont trop complexes. Plus on dépense, plus on va vite. Nous devons niveler cette pente et créer une situation où l'argent n'est pas le seul critère de compétitivité."

"Nous voulons toujours que les grandes écuries gagnent", conclut le Britannique. "Nous devons maintenir l'intégrité de la F1. C'est un sport, il faut toujours que les meilleurs gagnent. Nous pouvons avoir une forme de course concurrentielle à l'avenir avec cette nouvelle réglementation et ces nouvelles voitures. Elles ont été reportées d'une année, mais elles arriveront assurément en 2022."

À lire aussi