Des planches de Bobino à hôtesse d'accueil, l'élan brisé d'une danseuse et chorégraphe confinée

Emmanuel Rupied
·1 min de lecture

La façade n’a pas bougé depuis quelques mois. Un lion dessiné à la main orne toujours la devanture sans broncher. Le félin semble éteint, tout comme le théâtre Mogador sur lequel il trône. C’est ici que devait se jouer la comédie musicale adaptée à Broadway du film de Disney, "Le Roi Lion". Mais l’enceinte est fermée depuis le début du deuxième confinement décrété en octobre dernier et le spectacle, qui devait débuter un mois plus tôt, a été décalé d’un an.

Le regard fixé sur les portes closes, ses yeux pétillent pourtant toujours autant lorsqu’il s’agit d’évoquer les planches de ce lieu mythique parisien. "Le théâtre Mogador, c’est un summum. Je pourrai mourir en paix le jour où je jouerai sur cette scène comme personnage principal", souffle dans un rire Mélanie Dufrier, 23 ans. Mais depuis le début de la pandémie, les planches de spectacle sont loin pour la jeune danseuse, chanteuse et chorégraphe. "Je ne suis pas montée sur scène depuis le 9 mars 2020".

La Covid-19 sans intermittence

Comme elle, ce sont près de 200 000 protagonistes du spectacle vivant qui ont vu leur monde s’arrêter lors du début de l’épidémie de Covid-19 en début d’année dernière....

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi