Play-offs : l'exploit de Stephanie Gilmore, la consécration pour Filipe Toledo

Stephanie Gilmore a glané une 8e couronne mondiale ce jeudi lors des play-offs à Trestles, en Californie. Chez les hommes, Filipe Toledo a enfin été sacré.

La reine est morte, vive la reine ! Stephanie Gilmore a signé, ce jeudi à Trestles, un exploit retentissant en décrochant son 8e titre mondial après ceux glanés en 2007, 2008, 2009, 2010, 2012, 2014 et 2018. Elle est désormais la surfeuse la plus titrée de l'histoire, devant Layne Beachley (7 titres) et... Carissa Moore (5 titres).

L'Australienne était loin d'être favorite, et pour cause : moins incisive que par le passé, elle s'est pointée en Californie avec le dernier lycra disponible, celui acquis au bénéfice d'une 5e place au classement général de la saison régulière du circuit pro. Mais, à l'expérience, elle a déboulonné toutes ses adversaires une par une avant d'achever le travail très proprement lors de la grande finale. Du grand art !

Après avoir écarté de justesse Brisa Hennessy lors de l'ultime vague de la première série de la journée (14,76 - 14,33), l'Australienne de 34 ans a éclipsé Tatiana Weston-Webb (15,30 - 14,87) lors du match 2 avant de surclasser la Française Johanne Defay (16,83 - 10,53). Revenue de loin, Gilmore s'est donné l'opportunité de rivaliser avec la boss du circuit depuis trois ans, Carissa Moore.

Malgré trois longues séries dans les jambes, Gilmore est restée fraîche pour donner une double leçon à l'Hawaiienne, impuissante lors des deux premières séries, aux résultats quasi identiques (15 - 10,90 puis 11,97 - 15,23). Si Moore n'a jamais su élever son niveau, l'Australienne a su scorer des bombes en droite, avec son style si particulier, à la fois puissant et rythmé mais d'une fluidité et d'une grâce qui rappellent un illustre ancien champion du monde, Tom Curren.

«J'ai tellement imaginé cela et aujourd'hui, je me suis dit : fais-le !, a déclaré Gilmore. J'ai gagné beaucoup de titres dans différentes vagues, mais c'est de loin la meilleure victoire que j'ai jamais eue. De plus, c'était très spécial de partager la finale avec Carissa et de s'affronter enfin dans les vagues !»

Cette victoire, si incroyable et si méritée soit-elle, va assurément donner du grain à moudre à ceux qui pensent que les play-offs ne sont pas forcément la meilleure façon de finir la saison. Car on peut donc finir 5e de la saison et chiper la couronne mondiale aux deux meilleures surfeuses sur les dix manches, Johanne Defay et Carissa Moore. Cela peut paraître injuste et cruel mais, une chose est sûre, ce n'est en rien une victoire au rabais. La reine Gilmore ne nous a de toute façon jamais habitués à ça.

Toledo enfin sacré

La remontée de Stephanie Gilmore a bien failli inspirer jusqu'au bout Italo Ferreira. Parti de la 4e place, le Brésilien s'est hissé jusqu'en finale. Mais le champion du monde 2019 a fini par tomber sur un os, en la personne de son compatriote Filipe Toledo. Ce dernier a largement dominé la saison régulière et s'est très justement imposé lors de la finale des finales, un an après le sacre d'un autre Brésilien, Gabriel Medina.

Dans l'ombre d'Adriano de Souza, Gabriel Medina puis Italo Ferreira, Toledo (27 ans) a toujours été bien placé depuis son arrivée sur le circuit pro en 2013. Mais il lui a toujours manqué un petit quelque chose pour s'emparer de la couronne mondiale malgré un surf de surdoué. Cette fois, et devant une plage de Trestles envahie de supporters auriverde, le très croyant surfeur a pu exulter, les bras en l'air et les yeux rougis par un torrent de larmes (de joie).

Cette saison, avec les absences et blessures des deux génies John John Florence et Gabriel Medina, c'était l'année ou jamais. Et Toledo n'a pas raté l'occasion d'entrer dans l'histoire. Vainqueur à Bells Beach et à Saquarema - sons compter des places en finale au Portugal et au Salvador - le Brésilien, installé depuis des années à... Trestles, n'a cette fois pas tremblé pour battre le puncheur aérien Italo Ferreira en deux séries et conquérir, à grands coups de carves ultra puissants et radicaux, ce Graal qui lui était depuis quelque temps prédestiné.

Les résultats

FEMMES
Match 1 : Stephanie Gilmore (AUS) 14,76 bat Brisa Hennessy (CRI) 14,33
Match 2 : Stephanie Gilmore (USA) 15,30 bat Tatiana Weston-Webb (BRE) 14,87
Match 3 : Stephanie Gilmore (AUS) 16,83 bat Johanne Defay (FRA) 10,53
Finale Heat 1 : Stephanie Gilmore (AUS) 15,00 bat Carissa Moore (HAW) 10,90
Finale Heat 2 : Stephanie Gilmore (AUS) 15,23 bat Carissa Moore (HAW) 11,97
HOMMES
Match 1 : Italo Ferreira (BRE) 13,37 bat Kanoa Igarashi (USA) 11,83
Match 2 : Italo Ferreira (BRE) 13,10 bat Ethan Ewing (AUS) 11,83
Match 3 : Italo Ferreira (BRE) 12,10 bat Jack Robinson (AUS) 4,30
Finale Heat 1 : Filipe Toledo (BRE) 15,13 bat Italo Ferreira (BRE) 14,97
Finale Heat 2 : Filipe Toledo (BRE) 16,50 bat Italo Ferreira (BRE) 14,93