Pol Espargaró chez Honda ? Entre rumeur et ambition

Léna Buffa
motorsport.com

Alors qu'un seul pilote MotoGP disposait d'un contrat pour 2021 lorsque l'année a commencé, le marché des transferts s'annonçait chaud bouillant en marge de la saison, et il n'a finalement été rendu que plus exceptionnel encore par la situation dans laquelle le championnat a été plongé en même temps qu'une immense partie du monde. Face à la pandémie de COVID-19, aucune course n'a encore pu se tenir, et il est désormais probable que les contrats les plus importants ne pourront pas s'établir sur la base des performances réalisées en piste, le début du championnat étant repoussé, au mieux, à la fin du mois de juillet.

Lire aussi :

Le calendrier MotoGP devrait être annoncé en deux tempsLe MotoGP négocie avec Jerez pour lancer la saison

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Dans ce contexte, certains ont cherché à ne pas perdre de temps, et c'est ainsi que Suzuki a verrouillé l'avenir de ses deux pilotes pendant la période de confinement. Quant aux autres pilotes les plus attractifs du marché, ils ne peuvent échapper aux spéculations sur leur avenir. "En ce moment, tout n'est que rumeur", concède dans une interview à DAZN, lorsque la chaîne espagnole l'interroge sur les bruits de couloir qui font état de son possible transfert vers Repsol Honda.

Arrivé chez KTM en 2017, Pol Espargaró s'est imposé comme le fer de lance de l'équipe et c'est lui qui, en 2018, a obtenu le premier podium de la RC16 lors d'un Grand Prix de Valence perturbé par la pluie. Les progrès ont surtout été notables en 2019, lorsqu'il a doublé son capital de points et s'est hissé à la 11e position du championnat. Fort des nouvelles améliorations apportées à sa machine pendant l'intersaison, le pilote espagnol nourrit de grandes ambitions pour sa quatrième saison, mais doit comme tout le monde patienter avant de se confronter à la concurrence dans le cadre de la compétition. "Peut-être que je vais monter sur la KTM et que les résultats seront incroyables, et je ne partirais pas pour tout l'or du monde", souligne-t-il.

Sans se dérober pour autant, le pilote catalan admet que la RC213V pourrait lui convenir compte tenu du style qu'il a affûté au fil des années au guidon d'une RC16 parfois complexe à dompter. "La Honda est une moto assez agressive, à laquelle mon style de pilotage pourrait s'adapter assez bien. Je pense que Marc [Márquez] et moi pilotons d'une manière similaire, en mettant notre poids véritablement en dehors de la moto. Cela aide la moto, car même si l'avant bouge ou se dérobe on peut rattraper ces chutes. On a un style de pilotage très similaire", observe-t-il.

ayant déjà été confirmé pour quatre ans chez Honda, un seul des guidons du team officiel est encore à pourvoir pour 2021, bien que le #93 ait soumis l'idée que le marché soit gelé − et donc qu'Álex Márquez conserve son guidon bien qu'il n'ait pas encore pu s'aligner au départ d'une course dans la catégorie reine. Les équipes factory de Yamaha et de Suzuki sont, elles, au complet, tandis que les autres n'ont pas pour le moment annoncé leurs pilotes. Alors que son nom a également été cité dans les spéculations entourant le line-up Ducati, Pol Espargaró a d'ores et déjà fait savoir qu'il parlait avec "toutes les équipes" et que KTM avait sa priorité.

Lire aussi :

Pour Álex Márquez, un nouveau contrat doit se mériter en piste

À bientôt 29 ans, le pilote espagnol a réussi à s'imposer comme l'une des pièces maîtresses de ce mercato, et il ne cache pas que son ambition ultime n'est de toute façon pas de continuer à jouer les outsiders. "Tous les pilotes de la grille, du premier au dernier, rêvent de devenir Champions du monde − s'ils disent le contraire c'est qu'ils mentent − et ils sont là pour améliorer leur situation, obtenir une meilleure moto et se battre pour le titre", admet-il.

"C'est ma seule obsession. Je m'entraîne chaque jour non pas pour gagner des courses, mais pour gagner le titre MotoGP. Et après tout ce que j'ai donné, je crois que je le mérite. Je crois que j'ai assez travaillé pour cela et c'est la raison pour laquelle je continue à me battre."

À lire aussi