Pol Espargaró a sauvé son week-end grâce à Lecuona

Léna Buffa
·6 min de lecture

avait bouclé le premier week-end de course sur le MotorLand Aragón en tirant la sonnette d'alarme au sujet des grandes difficultés rencontrées par toutes les KTM sur la piste qui, une semaine plus tard, accueillait un second Grand Prix. Le pilote espagnol mettait surtout en avant la nécessité de pouvoir utiliser le pneu avant medium, alors que les RC16, habituellement abonnées à des gommes plus dures que leurs adversaires, avaient dû se résoudre à opter pour le pneu tendre afin de compenser tant bien que mal leurs problèmes.

À l'issue du second week-end sur place, l'ambiance avait radicalement changé. Douzième lors du premier Grand Prix, Espargaró a cette fois rallié l'arrivée à la quatrième place, avec un gain personnel de plus de dix secondes sur son temps de course.

Lire aussi :

Heureux de son top 5, Zarco a même pensé au podium

Parti de la neuvième position, il a d'abord dû céder une place à Álex Márquez, rapidement parti vers les avant-postes alors que le #44 prenait ses marques dans le peloton. C'est peu avant la mi-course qu'il est entré dans une phase plus incisive, parvenant à maintenir son rythme dans les petits 1'49 alors que ses rivaux directs voyaient leurs performances fortement se dégrader. Fabio Quartararo puis Maverick Viñales en ont fait les frais, et Pol Espargaró est ensuite parti en chasse de Johann Zarco, à qui il a chipé la quatrième place à trois tours de l'arrivée sans que le pilote Avintia ne puisse répliquer.

"Cette course a été super différente [de la précédente], et ce dès le début. Il est clair qu'en partant plus haut, même si ce ne sont que trois positions de différence, ça a été beaucoup plus facile", soulignait-il, lui qui avait vu ses qualifications du Grand Prix d'Aragón gâchées par un incident en piste.

Mais plus que son départ une ligne plus haut, c'est la performance globale de sa machine, qui avait bel et bien retrouvé son pneu medium à l'avant, qui a ravi le pilote espagnol. "Mon rythme de course a été bon. J'ai pu faire ce que je voulais, même si le grip sur l'angle à l'arrière n'était toujours pas exceptionnel, j'arrivais vraiment à freiner fort avec le pneu medium, être confiant dans les changements de direction et gagner [du temps] là où la moto est bonne. J'ai pu faire des dépassements, j'ai vraiment pris du plaisir dans cette course. Quand on prend du plaisir et que la moto est bonne, les résultats arrivent, et cette quatrième place est vraiment appréciable après le désastre du week-end dernier. Je pense qu'on mérite vraiment cette position, parce qu'on a travaillé très dur, surtout vendredi, et que l'on a beaucoup souffert."

Un tournant dans les EL4

Ce travail dont s'est félicité le pilote espagnol s'est articulé en deux phases, avec d'abord de premiers progrès réalisés vendredi par son équipe technique, dans le but de faire fonctionner la monte medium-soft qu'il souhaitait privilégier pour la course. Mais c'est surtout samedi que la tendance s'est véritablement inversée, en s'appuyant cette fois sur les avancées réalisées dans le stand Tech3.

"Les EL4 ont marqué un tournant. On a trouvé une solution à nos problèmes et ça a été une super séance", expliquait-il. "J'ai vu qu'Iker [Lecuona] et Miguel [Oliveira] étaient rapides, particulièrement Iker qui faisait de très bons chronos, alors j'ai essayé de comprendre ce qu'il utilisait et on l'a utilisé en EL4. Associé à des modifications qu'on avait faites et au pneu medium à l'avant, ça a été génial. On a commencé à beaucoup mieux tourner, les chronos arrivaient, j'étais rapide et mon rythme était génial. J'étais plus en sécurité et le medium m'apportait ce qui me manquait avec le pneu soft à l'avant. J'ai senti que la moto était à nouveau mienne et j'ai pu progresser en EL4 et en Q1. J'étais très en confiance."

Lui-même en difficulté le week-end précédent, Lecuona avait opéré un changement radical vendredi après-midi, avec de nouveaux réglages qui lui avaient d'emblée permis d'améliorer ses chronos en pneus usés, grâce à une moto qu'il parvenait à mieux faire entrer dans les virages, puis à mieux faire tourner en gardant sa trajectoire en milieu de virage et à la reprise des gaz.

"Normalement, on gagne du temps sur les freins et dans le fait d'arrêter la moto avec un peu d'angle. Avec le pneu tendre à l'avant le week-end dernier, ça avait été un désastre, la moto s'arrêtait très mal et j'élargissais. Ce week-end, on a pu définir des réglages permettant à la moto de tourner un peu mieux et ça a aussi aidé le pneu arrière, parce que le grip n'était pas bon. On a donc essayé de faire en sorte que l'arrière tourne plus vite et de gagner à l'accélération grâce à un gain de motricité au lieu d'avoir l'arrière qui patine sur l'angle", détaillait Pol Espargaró, évoquant "un gros changement" et "des réglages différents, très éloignés de ce que [KTM] a été habitué à faire sur les autres pistes".

"Je pense qu'on a trouvé la clé dans ces changements, et Tech3 nous a aussi aidés, surtout Iker Lecuona qui a très bien travaillé ce week-end. On a fini par utiliser ce set-up. C'est très important pour nous", s'est réjouit le pilote espagnol. "On était vraiment en difficulté vendredi et ensuite les réglages d'Iker nous ont vraiment aidés. À partir de là, toute la moto s'est améliorée, le pneu avant s'est mieux comporté et toute la moto a bien fonctionné."

Lire aussi :

En état de grâce, Morbidelli a vécu sa "plus belle course"

"Le premier est un peu loin", concédait-t-il, distancé de dix secondes par un Franco Morbidelli ultra dominateur dimanche, "mais on a été beaucoup plus rapides que le week-end dernier et on termine trois secondes plus proches, alors au final la course a été très bonne pour nous. Bien sûr, on en veut toujours plus, mais le week-end dernier on avait fini avec tellement de secondes de retard sur le premier, et surtout de mauvaises sensations. Je ne me sentais pas bien, pas rapide, je n'étais pas performant. Alors clairement on espérait finir à cette place."