Pol Espargaró voit une Honda "difficile à battre" à Valence

Léna Buffa
·3 min de lecture

Classé quatrième de chacune des séances du jour, s'est dit plus satisfait que ce à quoi il s'attendait au terme de ces premiers essais du Grand Prix de Valence, lui qui craignait de marquer le pas après une première manche positive sur place. S'étant senti "à la limite sur tous les tours" dimanche afin d'aller chercher son quatrième podium de la saison, il estimait ne pas avoir de grande marge de progression pour ce second round sur le circuit Ricardo Tormo, et pourtant...

"La journée s'est plutôt bien passée", se félicite ce soir le pilote espagnol. "Les chronos ont été beaucoup plus rapides que la semaine dernière sur le sec. Aujourd'hui, mon meilleur temps était de 1'30"8 alors que le week-end dernier on avait du mal à tourner en 1'31. Ça veut dire qu'on est beaucoup plus rapides cette fois, et ça vaut pour nous tous, pas uniquement moi."

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory RacingGold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

La victoire ? La chance est peut-être passée

Même si certains adversaires ont progressé au point d'en devenir inquiétants en vue de la course, Pol Espargaró promet de se battre, tout en affichant en cette fin de championnat une certaine sérénité après un été tendu, où il pestait de voir la victoire lui échapper. Aujourd'hui, il relativise, conscient qu'il a bel et bien affiché le potentiel d'un vainqueur même si les événements n'ont pas tourné en sa faveur.

"Je ne suis pas super nerveux à l'idée de décrocher une victoire", assurait-il dès jeudi, à son retour sur le circuit. "En République Tchèque, avant que Johann me fasse sortir de la piste, j'étais dans le coup pour me battre pour la victoire. Au Grand Prix de Styrie, j'étais là jusqu'au dernier virage, en bagarre avec Jack. Et à la première course en Autriche je m'étais échappé avant le drapeau rouge. On a donc eu beaucoup de balles de match et pour une raison ou une autre on n'a pas réussi à l'obtenir, mais au final je le garde au fond de moi."

Lire aussi :

La frustration de l'Autriche a été dure à digérer pour Pol Espargaró

"Bien sûr, je veux cette victoire, je la veux à 100%, mais j'ai le sentiment que nos chances ne sont pas aussi évidentes que celle que l'on a pu avoir ailleurs", pressentait-il, "comme en République Tchèque où on avait un avantage clair sur la moto − que ce soit les réglages ou les pneus, tout fonctionnait mieux pour nous que pour les autres − ou en Autriche. Ici, le week-end dernier, j'étais vraiment à la limite sur tous les tours derrière les Suzuki et je n'ai jamais eu le sentiment de pouvoir gagner la course. J'ai toujours eu l'impression qu'ils avaient quelque chose de plus et j'étais vraiment à la limite quand je poussais, ne serait-ce que pour les suivre. Je n'ai donc pas eu l'opportunité de les dépasser. Ceci étant dit, je vais clairement faire le maximum pour essayer, que ce soit ce week-end ou le prochain à Portimão. Mais ce ne sera pas facile, et même très, très compliqué."

Si mener KTM à la victoire avant de rejoindre Honda constitue un rêve, Pol Espargaró peut aussi nourrir un autre objectif, celui de continuer sa progression au championnat, lui qui vient de prendre l'avantage sur Takaaki Nakagami. Il devance aujourd'hui le Japonais d'un petit point et ne compte que 11 unités de retard sur le top 5. "Je suis septième au championnat, super proche de Taka, et j'ai le sentiment qu'il sera très rapide ce week-end alors on va voir si j'arrive à le battre et à continuer à grimper au championnat, ce qui serait une bonne chose à la fin de cette année."