Porsche en LMDh : Lotterer serait "certainement prêt à en être"

Basile Davoine
motorsport.com

Aussitôt les éléments techniques du futur LMDh dévoilés la semaine dernière, a confirmé s'intéresser de près à cette nouvelle plateforme qui verra le jour en 2022. Cette réglementation permettra aux constructeurs qui le souhaitent de courir à la fois en WEC et en IMSA au sein de la catégorie reine de l'Endurance, qui abritera également les autos issues de la réglementation Le Mans Hypercar. "Nous commençons à présent une étude conceptuelle commandée par notre conseil d'administration", a ainsi annoncé Fritz Enzinger, vice-président de Porsche Motorsport. Si ce premier pas n'engage à rien, il marque toutefois l'intérêt prononcé que porte le constructeur allemand à un éventuel retour dans la plus haute catégorie, qui plus est dans le contexte actuel de la crise mondiale provoquée par le coronavirus.

Andre Lotterer, Porsche, en parc fermé

Andre Lotterer, Porsche, en parc fermé <span class="copyright">Dan Bathie / Motorsport Images</span>
Andre Lotterer, Porsche, en parc fermé Dan Bathie / Motorsport Images
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Dan Bathie / Motorsport Images

La réaction est semblable chez Neel Jani, vainqueur des 24 Heures du Mans en 2016 avec la marque allemande. "Je ne sais pas où ils en sont [dans la décision], mais il est clair que s'ils viennent, j'aimerais vraiment en faire partie. Ça ne fait aucun doute. J'ai toujours voulu revenir [au Mans] et avoir une chance d'être compétitif. Les deux dernières fois, je savais que je n'avais aucune chance de gagner [avec Rebellion], mais avant c'était toujours clair, nous venions toujours avec une chance de gagner. C'était ma période favorite de l'année."

André Lotterer le rappelle, l'heure n'est pas encore à tirer des plans sur la comète. L'Allemand est pleinement investi dans le tout nouveau programme sportif de Porsche en Formule E et il est d'avance convaincu d'une chose : jouer sur les deux tableaux serait très difficile pour un pilote, à moins de sacrifier partiellement l'engagement en Endurance.

"La Formule E demande beaucoup d'attention et de concentration désormais, et c'est pourquoi je n'ai pas continué à courir en WEC", précise-t-il. "Mais je ne sais pas quelle forme prendra tout cela. Si je pouvais faire juste quelques courses ou juste Le Mans, je ne sais pas. Mais faire une saison complète et combiner les deux, je ne crois pas. On ne peut pas pleinement se concentrer sur l'une ou l'autre. Et quand je vois la quantité de travail qu'implique la Formule E, je ne peux pas imaginer faire les deux correctement. Mais peut-être que ce serait réalisable en faisant quelques courses de préparation puis Le Mans." 

Propos recueillis par Jamie Klein  

À lire aussi