Pourquoi il y a autant de temps additionnel lors de la Coupe du monde 2022

M. Claus, arbitre de Angleterre-Iran (6-2), ce lundi. (P.Lahalle/L'Equipe)

117 minutes et 16 secondes de jeu pour Angleterre-Iran (6-2), ce lundi : record battu. Lors de ce Mondial au Qatar, les arbitres ont en effet reçu la consigne de « compenser au mieux les minutes perdues ».

En Ligue 1, tout le monde aurait été à la douche depuis longtemps. Mais en Coupe du monde, on joue le temps additionnel jusqu'au bout, comme l'avait souhaité Pierluigi Collina, le responsable des arbitres FIFA, la semaine dernière : « On veillera à ce que les arbitres compensent au mieux les minutes perdues avec l'objectif d'augmenter le temps de jeu effectif. »

lire aussi : Angleterre-Iran, le match de Coupe du monde le plus long depuis 1966

L'arbitre brésilien M. Claus a entendu le message et le record du match de Coupe du monde le plus long a été battu, ce lundi, au Khalifa Stadium : 117 minutes et 16 secondes de jeu, les statisticiens d'Opta n'avaient jamais vu ça, hors prolongation, depuis qu'ils recensent le temps additionnel, en 1966 (*).

Cela a permis à Mehdi Taremi d'inscrire un doublé grâce à un penalty vraiment très, très tardif (90e+13) pour ramener le score à 6-2. Le temps additionnel de la première période avait été aussi long, en raison du K.-O. subi par le gardien iranien Alireza Beiranvand (8e), et d'une gestion assez révoltante du protocole commotion.

Personne n'aurait dû le laisser reprendre la partie après ce K.-O. de plusieurs minutes, et c'est lui-même qui a demandé le changement peu après, évacué très lentement sur une civière apparue très tard, avant de prendre la direction de l'hôpital. Le protocole commotion a permis à l'Iran d'effectuer six changements dans un match de Coupe du monde, un autre record.

lire aussi : Toute l'actu de la Coupe du monde