Pourquoi le football a une place légitime aux Jeux olympiques ?

·1 min de lecture
L'équipe de France olympique, portée par André-Pierre Gignac, s'entraîne dans la détente avant son entrée en lice.
L'équipe de France olympique, portée par André-Pierre Gignac, s'entraîne dans la détente avant son entrée en lice.

L'équipe de France affronte ce jeudi le Mexique (10 heures) pour son premier match du tournoi olympique des jeux de Tokyo 2020. Même si ce tournoi est accompagné d?un relatif anonymat pour l?instant, le ballon rond est indissociable de l?histoire des jeux modernes. Depuis leur première édition en 1896, à Athènes, il y a toujours eu du football aux JO. Certains reprochent au sport le plus populaire de la planète d?éclipser des disciplines qui prennent la lumière tous les quatre ans.

Dans les faits, les stars de l?athlétisme, de la natation ou encore du judo sont bien plus reconnues que les médaillés du ballon rond. Pendant longtemps, le football olympique était réservé aux amateurs avec une guerre discrète entre le CIO et la Fifa. Depuis 1996, à Atlanta, les équipes ont le droit à seulement trois joueurs séniors (de plus de 23 ans), le reste de l?équipe étant constituée d?espoirs.

Ce système permet d?éviter de regrouper toutes les stars et de ne pas être l?attraction principale de cette compétition. Dans les faits, à Tokyo, les principaux joueurs du tournoi seront Dani Alves, André-Pierre Gignac, Franck Kessié ou encore le jeune Pedri. Teddy Riner, Simon Biles et Kevin Mayer ne seront pas éclipsés, tout ce beau monde peut cohabiter. L?exemple des Bleus est le plus criant ; faute d?accord avec les clubs pour libérer les principaux joueurs, Sylvain Ripoll a dû se creuser les méninges pour constituer une liste en vue de ces jeux. Sans véritable pression, cette é [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles