Pourquoi Haas a refusé de laisser Magnussen abandonner

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Le Grand Prix de Turquie a particulièrement bien commencé pour et Haas sur l'Istanbul Park, puisque le Danois a longtemps évolué à la dixième place avant de se faire doubler par la McLaren de Lando Norris. Il restait néanmoins solidement installé aux portes des points lorsque son deuxième arrêt s'est mal passé : il est reparti alors qu'une roue était peut-être mal fixée et a dû s'immobiliser à la sortie de la pitlane avant d'être ramené à son stand.

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1 parle aux médias

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1 parle aux médias<span class="copyright">Andy Hone / Motorsport Images</span>
Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1 parle aux médiasAndy Hone / Motorsport Images

Andy Hone / Motorsport Images

"Il a commencé à le dire à environ 12 tours de l'arrivée. Et lors d'une course comme ça, il est toujours possible que ça vire à la pagaille devant avec un groupe de cinq ou six voitures. C'est une décision difficile car on a vraiment l'air stupide si l'on a retiré une voiture. Et il était rapide."

"Une fois que le groupe des leaders est passé, avec [Lance] Stroll [derrière lui] il maîtrisait bien la situation. Nous avons surveillé les chronos, nous lui avons dit qu'il avait au moins dix secondes d'avance sur les autres, et il a maintenu ces dix secondes. Nous avons donc décidé de le laisser en piste, et la voiture fonctionnait bien. Les chances d'avoir une opportunité étaient très faibles, mais on ne peut simplement pas abandonner."

"Nous avons compris qu'il était en difficulté, mais nous savions aussi que personne n'allait arriver derrière lui pendant un moment. Autant continuer. Bien sûr, pour lui, c'était frustrant. Mais nous avons parlé avec lui par la suite et nous lui avons expliqué la situation. Dans ces courses-là, il peut y avoir la pagaille dans un groupe de six voitures qui s'éliminent mutuellement, et soudain on est dans une position différente et on repart."

Magnussen a finalement été autorisé à abandonner dans le dernier tour – du moins celui du leader, car il lui en restait personnellement trois à parcourir. Haas voit son compteur rester désespérément bloqué à trois points, toujours avec cinq longueurs de retard sur Alfa Romeo, à trois courses du terme de la saison 2020.

Propos recueillis par Adam Cooper