Pourquoi Marcelo Gallardo est tendance

Lionel Messi l'a désigné parmi les trois meilleurs entraîneurs de l'année et Pep Guardiola a déploré qu'il n'y figure pas. "J'ai l'impression que seul l'Europe existe, a persiflé le coach de Manchester City, finaliste du trophée The Best de la Fifa face à Jürgen Klopp (vainqueur) et Mauricio Pochettino. Pourtant, ce que fait Marcelo Gallardo avec River Plate est incroyable." Onze titres en cinq saisons : du jamais vu dans le légendaire club de Buenos Aires en près de cent vingt ans d'histoire. Sans une défaite sur le fil face à Flamengo il y a un mois, l'ex-meneur de jeu de Monaco (1999-2003) et du PSG (2007-2008) aurait même pu décrocher sa troisième Copa Libertadores, la Ligue des champions sud-américaine.

"Pour nous, c'est un dieu", assure Franco, 29 ans, supporter de River Plate. Sur son mollet gauche, un tatouage représentant l'idole, qui aura bientôt droit à sa statue devant l'Estadio Monumental. Elle mesurera près de sept mètres et sera "la plus haute du monde à l'effigie d'un joueur ou d'un entraîneur", précise la sculpteuse Mercedes Savall. Une abomination pour les fans de Boca Juniors, rival historique, qui aimeraient tant voir partir leur bourreau. Pour toutes ces batailles remportées, El Muñeco ("la poupée", en raison de son visage enfantin) a gagné un autre surnom : Napoléon.

Un mentor nommé Bielsa

Par-delà les résultats, le succès de l'entraîneur argentin de 43 ans est d'avoir su, au fil des années, maintenir un niveau de jeu séduisant, offensif. Et ce, malgré u...


Lire la suite sur LeJDD

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi