Pourquoi le mercato est-il aussi calme?

Rémi Oudin à Bordeaux pour environ dix millions d’euros, Renaud Emond à Nantes et Dylan Bronn à Metz pour quatre millions, et… c’est tout. Douze jours après l’ouverture du mercato hivernal, les clubs de Ligue 1, à eux vingt, n’ont enregistré que trois petits transferts payants. Trois transferts dont deux pour des joueurs, disons-le, relativement inconnus du grand public.

Si le marché des transferts de janvier a toujours été considéré comme un mercato d’ajustement, "d’opportunités" comme se plaisent à dire les entraîneurs et directeurs sportifs, il nous avait tout de même habitué à davantage d’action et de mouvements durant sa première quinzaine. Mais cette année, rien. Ça ronronne, ça tourne – pour le moment – au ralenti.

Le PSG n’a pas de besoin particulier

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Pourquoi le foot français se fait-il aussi discret sur le marché? Déjà parce que son fer de lance, son club le plus riche, à savoir le PSG, n’est pas spécialement acheteur cet hiver. "Ce n’est pas absolument nécessaire de faire quelque chose, annonçait ainsi Thomas Tuchel à la mi-décembre. Si quelqu’un veut absolument jouer avec nous, on ne dira pas non. Mais ce n'est pas nécessaire de pousser le président ou le directeur sportif maintenant…" Après avoir réclamé, conférence de presse après conférence de presse, des renforts en milieu la saison dernière, le technicien allemand a été entendu. Leandro Paredes est arrivé en janvier, avant...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi