Pourquoi ne supporte-t-on pas les autres clubs français en Coupe d'Europe ?

Yahoo Sport

L’OM a battu Bilbao 3-1 en 8ème de finale de la Ligue Europa mais parlons d’un autre sujet dans cette semaine européenne où le PSG et l’OL se distinguent. Évoquons ce fameux débat ” faut-il supporter tous les clubs français en Coupe d’Europe ? “.

Le PSG a disputé mardi soir son 8ème de finale retour de Ligue des Champions et pour l’occasion, le club de la Capitale avait déployé un dispositif demandant à tout le monde de croire en la qualification et de les soutenir. De nombreux clubs de Ligue 1 ainsi que l’UNFP ont eux décidé d’exprimer leur soutien sur les réseaux sociaux. De nombreux médias, de nombreuses voix ont même tenté d’appeler les supporters marseillais, lyonnais, bordelais (ect) à supporter le club parisien ou se sont questionnés sur le pourquoi du comment de ce fameux phénomène. Explications.

 

Des rivalités qui font la beauté du football

Quels matchs attire le plus grand nombre de spectateurs et téléspectateurs en Ligue 1 ? La confrontation entre l’OM et le PSG ainsi que le derby entre l’OL et l’ASSE c’est à dire 2 rivalités. Quel est le match le plus chaud du monde où l’ambiance est incandescente ? Le derby de Buenos Aires entre Boca et River. Quel est le match le plus suivi au monde ? Barcelone face au Real Madrid.

Okay, so it’s got nothing on Celtic vs Rangers, but bloody hell this is some insight into the rivalry between Boca Juniors and River Plate (via @brfootball) pic.twitter.com/g9Dc272oY8

— talkingbaws.com (@talkingbaws) 2 mars 2018

Pourquoi donc ces matchs sont si suivis et intéressent autant de monde ? Parce qu’ils sont issus de rivalités historiques qui appellent de nombreux sentiments et ressentis. À Buenos Aires, ce sont les ” pauvres ” de Boca qui affrontent les ” riches ” de River dans un derby qui divise une ville et des familles. Ce match est au-dessus du football, il représente la société et les inégalités qu’elle incarne. Ce match permet au football d’être un sport si particulier, surement le sport le plus intense au monde qui génère des histoires comme nulle part ailleurs. Ce sont ces histoires, ce sont ces moments forts, ce sont ces émotions qui entrainent un amour tellement fou pour un club qu’il empêche totalement d’avoir des sentiments pour un autre mais pire, cela entraine de la haine. Et cette haine, elle ne peut pas se transformer en amour lorsque l’équipe adverse joue dans une compétition internationale.

 

Des sentiments incontrôlables

Durant toute l’année, les marseillais détestent les parisiens, les lyonnais détestent les stéphanois. Comment mettre cette haine et cette forte rivalité de côté le temps d’un match ? C’est impossible, cela fait appel à des sentiments qu’il est difficile de contrôler et qu’il est difficile de manier à sa guise. Personnellement et même avec toute la meilleure volonté du monde, il m’est impossible de supporter le PSG, c’est au-dessus de mes forces je ne sais pas comment l’expliquer. Je suis incapable de contrôler mon cerveau et j’en suis heureux, cela veut simplement dire que je ne suis pas un robot dénué de sentiment.

Je comprends donc que les parisiens fassent de même avec l’OM lorsqu’il joue en Ligue Europa, et je trouve ça parfaitement logique. Je n’accepterais pas de voir des parisiens retourner leur veste pour encourager un club qu’ils détestent habituellement. Ce serait une attitude aucunement naturelle et donc qui n’aurait aucune valeur.

 

Un problème qui n’existe qu’en France

Dans tous les grands pays de football, que ce soit en Europe ou en Amérique du Sud, les rivalités exacerbées qui entraine de la haine sont absolument respectées. Lorsque le Milan perd la finale de la Ligue des Champions dans un scénario incroyable contre Liverpool, l’Inter n’avait pas manqué de se moquer des joueurs du Mlan AC en rendant hommage à Liverpool. Dans ce même pays, n’allez surtout pas demander à un napolitain de supporter la Juventus en Ligue des Champions !

Dans ces pays qui vivent pour le football, ces rivalités font partie intégrante de cette passion, que ce soit la petite mamie ou le jeune ultra, tous vont supporter l’adversaire de leur club ennemi parce que cela représente le folklore. Et tout le monde trouve ça parfaitement normal !

 

Messieurs et mesdames donneurs de leçons qui voudraient nous apprendre comment aimer nos clubs et qui voudraient nous rendre lisses pour ne pas détester d’autres clubs ne comprendront jamais ce que nous vivons et ce que nous ressentons. Alors s’il vous plait, laissez-nous vivre notre passion comme nous l’entendons.

LinoTreize

À lire aussi