Pourquoi le premier tour de Roland-Garros entre Pablo Cuevas et Jenson Brooksby mérite le déplacement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Pablo Cuevas et Jenson Brooksby. (Presse Sports)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Premier épisode de notre rubrique « Pourquoi » durant ce Roland-Garros 2022, avec le premier tour entre Pablo Cuevas et Jenson Brooksby, programmé sur le court n°8, en deuxième rotation.

À première vue, ce n'est pas le duel sur lequel se braquent les projecteurs, pourtant, il y aura de quoi s'en mettre plein les mirettes, aujourd'hui, en deuxième rotation, sur le court n°8.

À ma gauche, Pablo Cuevas, qui tire à 36 ans ses dernières cartouches. On surnomme l'Uruguayen « le professeur », tant sa technique est fluide et tant il donne parfois l'impression d'être en train de donner une leçon à son adversaire, toujours bien droit, cachant parfaitement les efforts fournis sur chaque déplacement. Quelle fluidité technique, quel revers à une main...

À ma droite, Jenson Brooksby, 21 ans, un jeu à ne montrer dans aucune école de tennis. L'Américain est un phénomène qui fabrique des coups différents, innovants, parfois sidérants, avec une gestuelle pas académique, voire moche, notamment avec ce coup droit joué bras gauche recroquevillé. Il est aussi dangereux qu'il a parfois l'air maladroit.

lire aussi
Le tableau de Roland-Garros

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles