Pourquoi Rudi Garcia doit démissionner

Ligue 1 – Largement responsable du début de saison raté de l’OM, Rudi Garcia doit rapidement démissionner de son poste d’entraîneur. On vous explique pourquoi.

Rudi Garcia est au bord du précipice…

Le ressort est cassé avec les supporters
Heureux de voir débarquer sur la Canebière un technicien de renom après une année catastrophique avec Michel et Passi, les supporters marseillais ont d’abord été indulgents avec Rudi Garcia, qui, sans choisir son effectif, était parvenu l’an dernier à redresser la barre pour finir cinquième. Un exploit qui avait permis d’effacer provisoirement de la mémoire des fans les fessées reçues par Monaco (4-0/1-4) et surtout l’ennemi parisien au Vélodrome (1-5). A l’intersaison, l’ancien coach de Lille a eu les coudées franches, mais rien n’y fait. Fébriles, les Phocéens se sont d’abord fait balader dans le jeu à Domzale, modeste équipe de semi-pros slovènes (1-1), avant de prendre une rouste historique à Monaco (6-1), puis de sombrer dimanche au Vélodrome face à des Rennais 19es avant le coup d’envoi (1-3). Largement responsable du début de saison exécrable de son équipe, Garcia est désormais visé par les groupes de supporters, notamment les South Winners, qui, dans un communiqué adressé à la direction, ont indiqué que le coach “n’avait plus aucun crédit” à leurs yeux.



Coaching, recrutement : il fait tout à l’envers
Sur le recrutement, Garcia a eu tout faux : Evra n’est que l’ombre de lui-même, Mitroglou est arrivé blessé alors que Gomis aurait pu rester à moindre frais, Abdennour a repris trop tôt alors qu’il n’avait plus joué depuis 6 mois, et Sertic (qui a le même agent que lui) et Luis Gustavo peinent à convaincre. Les supporters marseillais pensaient que Garcia allait faire jouer ses réseaux italiens et récupérer un ou deux joueurs à la Roma. A la place, ils doivent se contenter du retour d’Ocampos (ex-AC Milan), qui fut autrefois la risée du Vélodrome mais qui trouve totalement grâce aux yeux de l’ancien coach du Mans. En fin de saison dernière, Garcia se plaignait d’avoir trop de défenseurs centraux. Deux nouveaux sont arrivés cet été (Rami et Abdennour), mais personne n’a été vendu. Doria, Rolando, Fanni et Hubocan (prêté en Turquie) appartiennent toujours à l’OM. Sakai aurait dû avoir une doublure sérieuse à droite mais Garcia a préféré innover à ce poste avec l’attaquant Bouna Sarr. Un choix étonnant, comme tant d’autres, car l’ancien Messin est aujourd’hui le seul joueur offensif de l’effectif capable de transpercer les lignes et d’animer une attaque en berne symbolisée par les stats de Germain en L1 (0 but).



 

Avec lui, les joueurs ne progressent pas 
Quel joueur a le plus progressé sous l’ère Garcia ? Pas la peine de chercher, il est impossible de répondre à cette question. Flamboyant à ses débuts en L1, le petit Maxime Lopez montre aujourd’hui de sérieuses lacunes. Sanson a également baissé, Thauvin ne met plus un pied devant l’autre, et même Germain semble être devenu un joueur quelconque. Rudi Garcia ne semble avoir aucun projet de jeu pour l’OM. Son équipe n’a aucun style, aucune patte claire. Le jeu des Phocéens n’est ni basé sur la possession, ni sur la verticalité ou l’explosivité, ni sur un pressing tout terrain, le spectacle offert n’est ni offensif, ni défensif, et les supporters, habitués au romantisme de Bielsa, ou autrefois au “réalisme” de Deschamps, ne savent plus sur quel pied danser. En un mot, c’est le foutoir. Et comme souvent lorsque la machine est grippée, le fusible désigné est l’entraîneur.


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages