Pourquoi le sport français est au bord du gouffre

Couturié, Martin
Sport24
/ Panoramic
/ Panoramic

Privés de compétitions mais aussi de revenus pendant presque six mois, le football, le rugby et les autres disciplines voient certains de leurs clubs et épreuves en grand danger financier.

«La saison 2019-2020 de sports professionnels ne pourra pas reprendre (…) Les grandes manifestations sportives (…), tous les événements qui regroupent plus de 5 000 participants ne pourront se tenir avant le mois de septembre »… Avec ces quelques phrases, prononcées mardi dernier à l’Assemblée nationale lors de son discours sur la sortie du confinement, le premier ministre Edouard Philippe a douché les espoirs de reprise rapide des championnats de Ligue 1 (football) et de Top 14 (rugby). Et obligé les ligues professionnelles, qui gèrent les compétitions, à siffler jeudi définitivement la fin de la saison.

Même si la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a ensuite précisé que des rencontres à huis clos (ou avec moins de 5 000 spectateurs) pourraient se dérouler à partir du mois d’août, ce sont bien presque six mois qui vont s’étirer entre les derniers matchs de Ligue 1 disputés, le 8 mars dernier, et les premiers de la nouvelle saison prévus au mieux à partir du 22 août. Six mois d’interruption, d’incertitude et d’inquiétude. Du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

» LIRE AUSSI - Christophe Lepetit : « La crise doit pousser le sport à se réinventer »

À l’arrêt contraint et forcé, comme la plupart des autres activités, le sport dans son ensemble a ainsi vu toutes ses compétitions interrompues, reportées ou annulées, les unes après les autres, des plus (...) Lire la suite sur sport24.com

Montées, descentes : la lutte des places fait rage dans le foot amateur

Les répercussions de la pandémie angoissent le sport amateur

Siya Kolisi, le capitaine des Springboks, multiplie les actions pour les Sud-Africains les plus démunis

Serin au Figaro : «Un concours d'idées assez cocasse, l'imagination aura été sans limite»

Inscrivez-vous à la newsletter de Sport24

À lire aussi