Première ascension hivernale du K2 : "C'est un exploit considérable, c'est une montagne très compliquée", explique l'alpiniste Éric Loizeau

franceinfo
·1 min de lecture

La première ascension hivernale du K2, le deuxième plus haut sommet de la planète (8 611 m) et le seul "8 000" a été réussi par une équipe de 10 alpinistes népalais. Il n'avait encore jamais été gravi en hiver. "C'est un exploit considérable, c'est une montagne très compliquée", a réagi sur franceinfo Éric Loizeau, navigateur et alpiniste français surnommé "Le Captain".

franceinfo : Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps ?

Éric Loizeau : C'est une montagne très compliquée, c'est pratiquement le "8 000" le plus difficile à grimper déjà en été, et en hiver il est soumis à une météo très compliquée avec toujours beaucoup de vent ce qui veut dire du froid. Il y a eu beaucoup de décès d'alpinistes à la montée ou à la descente. Par rapport à l'Everest, c'est un peu plus dur. La partie compliquée et très dangereuse est située pratiquement au sommet. C'est une espèce de couloir qui est soumis aux avalanches et aux chutes de séracs, alors qu'à l'Everest la partie la plus compliquée est au début.

Les conditions était-elles favorables pour cette expédition ?

Oui, il faisait beau et il n'y avait pas de vent. C'est important parce que c'est ce qui accélère le froid et déstabilise. Lorsqu'on est allés à l'Everest en 2003, il y avait 100 km/h de vent, qui est l'ennemi en montagne. On est en hiver, donc ils ont forcément (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi