Première navigation de Bestaven sur Maitre-CoQ V

Première navigation à bord du nouveau Maitre CoQ V pour Yannick Bestaven. (Thomas Deregnieaux/Qaptur)

Cinq jours après la mise à l'eau de son nouveau Maitre-CoQ V à Port-La-Forêt, Yannick Bestaven a rejoint samedi La Rochelle, son port d'attache. Première navigation et premières impressions du vainqueur du Vendée Globe.

Il n'a pas perdu de temps Yannick Bestaven. Cinq jours après la sortie du chantier CDK et la mise à l'eau lundi à Port-La-Forêt de son nouvel Imoca dessiné par Guillaume Verdier, il a rallié ce samedi matin en équipage sa base de La Rochelle, après quasiment 24 heures de mer.

« Ça s'est super bien passé, raconte-t-il. On a eu un peu de vent pour tester le bateau. C'est notre première nav, avant, on n'avait effectué que les tests statiques. On a un peu brûlé les étapes car on aurait dû faire quelques ronds dans l'eau avant de partir en mer, mais il y avait une bonne fenêtre météo. Cela aurait été plus compliqué la semaine prochaine. »

Yannick bestaven

« Le bateau est à l'eau que depuis lundi et on est déjà à La Rochelle ! Ça fait plaisir depuis le temps qu'on attendait ce moment. »

Avec trois équipiers à bord, Bestaven a pu commencer à observer le comportement de sa monture. « On y va step by step, on a d'abord navigué sans foil, puis avec un petit bout, puis avec 60 % du foil, lance-t-il. On avait la grand-voile haute et le grand gennaker, on a navigué avec une belle garde-robe. Je suis fier d'avoir cette équipe fantastique autour de moi. Le bateau est à l'eau que depuis lundi et on est déjà à La Rochelle ! Ça fait plaisir depuis le temps qu'on attendait ce moment. »

« On a évidemment encore beaucoup à découvrir mais on voit que le bateau est plutôt sain, que les manoeuvres se passent bien, poursuit-il. On a refait beaucoup de choses comme sur mon ancien bateau sur le plan de pont. Ça permet de pas être perdu au niveau des automatismes. En rigolant, je disais que j'avais l'impression d'être sur Maitre Coq IV. Sauf que les foils ont poussé et que le cockpit est mieux protégé ! »

Après des travaux de finitions, le marin entamera un programme de navigations quotidiennes « pour apprendre à bien se servir de Maitre-CoQ V. » Puis fin septembre, il devra boucler sa qualification pour la Route du Rhum (1200 milles) dont le départ sera donné le 6 novembre à Saint-Malo.

« Dans le Rhum, l'objectif est plus de naviguer que de performer. Il est important de faire les deux traversées de l'Atlantique afin d'apprendre le bateau et de monter en puissance en vue du Vendée Globe 2024. »

lire aussi

Toute l'actualité de la voile