Premier League – Liga espagnole, les vases communicants

SO FOOT

27 mai 2009, stade olympique de Rome. Il reste vingt minutes à jouer dans la finale de Ligue des champions entre le FC Barcelone et Manchester United. À l'approche de la surface mancunienne, Xavi Hernández lève la tête et caresse le ballon, qui s'en va atterrir sur le crâne de Lionel Messi. Le petit argentin a anticipé l'offrande, au contraire d'une défense anglaise totalement dépassée, et voit sa reprise de la tête mourir dans le petit filet d'Edwin van der Sar. 2-0 pour le Barça, une victoire assurée et la fin d'une époque. Un an plus tôt, Manchester United arrachait la coupe aux grandes oreilles face à Chelsea, pour une finale 100% Premier League en guise d'apogée pour un championnat qui avait placé au moins une équipe en finale de 2005 à 2009. Au lendemain de la défaite de Rome, l'Angleterre ne verra même pas les demi-finales de l'édition 2010 remportée par l'Inter. Le début d'un rééquilibrage européen que l'auteur anglais Jonathan Wilson, connu…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages