Prendre Javier par la main

SO FOOT

Entre deux effluves cubaines, Roland Topor aimait dire que théâtre et fantasme sont faits l'un pour l'autre. Dans son cercle privé, le football se joue sur scène et certains hommes sont des artistes plus que des joueurs. Certains aiment être des comédiens formidables, d'autres des héros tragiques. Lui a depuis toujours décidé d'être un penseur de l'espace et un danseur de l'instant. À quoi reconnaît-on un artiste ? À l'émotion qu'il déclenche, d'abord, mais aussi au torse qu'il aime bomber pour avancer sur scène. Quand Javier Pastore est sur scène, souvent, on se tait. La rareté provoque souvent ce type de réactions. On sait l'homme fragile, l'artiste intermittent, donc on capte chaque minute, chaque image, chaque geste. Certains soirs, il est là sans agir. D'autres, il est là pour changer les choses. Dimanche soir, au Parc des Princes, Javier Pastore était titulaire pour la quatrième fois consécutive en Ligue 1.


Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages