La presse étrangère pas tendre avec le Qatar après sa défaite face à l'Équateur

L'équipe du Qatar n'a pas su se mettre au niveau de l'évènement, dimanche face à l'Équateur, pour le premier match de son histoire en Coupe du monde. (F. Faugère/L'Équipe)

Battu 0-2 par l'Équateur en ouverture de la Coupe du monde dimanche, le Qatar a déçu bon nombre d'observateurs par son niveau de jeu. La « Gazzetta dello Sport » a notamment parlé de « flop mondial ».

La pression aura été trop forte. Malgré une longue préparation, entamée dès le mois de septembre, le Qatar a été largement dominé, notamment dans le jeu, par l'Équateur dimanche pour le premier match de sa Coupe du monde (0-2). Au-delà du résultat, le niveau affiché par le pays hôte, qui aura été le premier à s'incliner lors du match d'ouverture dans l'histoire de la Coupe du monde, a été pointé du doigt par la presse étrangère.

lire aussi : Les supporters qataris ont déserté les tribunes en cours de match

La Gazzetta dello sport a notamment parlé d'un « flop mondial » ou encore d'un « cauchemar sportif », à la suite d'une « défaite sèche et sans équivoque, avec le sentiment d'avoir été nettement inférieur ». Pour appuyer son propos, le journal italien a notamment rappelé l'impossibilité du Qatar de cadrer le moindre tir sur l'ensemble de la rencontre dimanche.

Les Espagnols de Marca se sont eux montrés sarcastiques, rappelant les efforts produits par le Qatar depuis l'attribution de la Coupe du monde il y a plus de 10 ans pour former une équipe compétitive. Le titre, « Ceci est préoccupant », a été suivi par des constatations plus cinglantes : « L'argent a permis au Qatar d'acheter la climatisation, mais pas le bon football. Sans talent, c'est impossible de réussir dans le football professionnel. »

La BBC a elle parlé d'un « rêve qui a tourné au cauchemar » pour le Qatar. Si les joueurs ont semblé perdus sur la pelouse du stade Al Bayt d'Al Khor, ils auront l'occasion de se racheter dès vendredi contre le Sénégal (14 heures) et le mardi 29 novembre face aux Pays-Bas (16 heures) pour ne pas sortir bredouilles de leur Coupe du monde.

lire aussi : Un fiasco en guise d'ouverture