La presse internationale salue « l'artiste » Roger Federer

La presse internationale rend hommage au Suisse Roger Federer qui a annoncé jeudi qu'il mettait fin à sa carrière riche de 20 titres en Grand Chelem. Les médias saluent « le roi », « l'artiste », « le meilleur joueur de l'histoire », le « perfectionniste »...

Partout dans le monde, la presse célèbre ce vendredi le départ à la retraite de Roger Federer. Sur une une sobre et élégante, le quotidien suisse Le Temps écrit simplement « Très grand chelem ». « Il restera surtout dans les mémoires pour son amour du tennis et son style unique, fait d'aisance, de beauté et de silence », peut-on lire dans l'éditorial.

lire aussi

Roger Federer, Monsieur tennis

Le Matin salue « l'ambassadeur de la Suisse » tandis que 20 Minutes lance : « Danke Roger ». « Roger Federer ne rejouera plus, sauf dans nos coeurs et nos souvenirs », regrette pour sa part La Tribune de Genève.

« On a l'impression de dire adieu à un proche », ajoute Basler Zeitung, le quotidien de Bâle, diffusé dans la région dont Federer est originaire.

En Espagne, le quotidien El Pais affirme que l'annonce de la retraite de l'homme aux 103 titres, si elle ne constitue pas en soi une surprise, « ne la rend pas moins douloureuse ». Le journal évoque « un perfectionniste en perpétuelle évolution ». Marca salue « l'artiste », El Mundo évoque le « revers le plus élégant » du tennis. En Italie la Gazzetta Dello Sport retrace « la carrière du roi ». Pour Le Soir, en Belgique, « Il nous manque déjà ».

Le Sydney Morning Herald en Australie met aussi en exergue la dimension artistique du jeu de Federer, vainqueur six fois de l'Open d'Australie : Federer a élevé le tennis « à une forme d'art », écrit le quotidien. En Grande-Bretagne, la BBC reprend une formule de Novak Djokovic, l'un des deux grands rivaux de Federer au cours des deux premières décennies du XXIe siècle : « Vous devez vous demander s'il vient de la même planète ».

lire aussi

Édito : la fin d'un monde

Pour le Indian Express, à New Delhi, « une page vient de se tourner » avec l'annonce de Federer, trois jours après l'apparition de l'Espagnol Carlos Alcaraz, 19 ans, au premier rang mondial dans la foulée de son triomphe à l'US Open.

Selon le New York Times, qui raconte comment « un ramasseur de balles s'est transformé en l'un des athlètes mondiaux les plus brillants », Rafael Nadal et Djokovic, même s'ils ont remporté plus de tournois du Grand Chelem, ne peuvent rivaliser avec Federer en termes de grâce et de classe.

lire aussi

Un champion qui inspire au-delà du tennis