Previews NBA 2019/2020 - Les Grizzlies tournent la page

NBA - Suite de notre tour d’horizon des 30 franchises de la Ligue. Au programme pour chacune d’entre elles : résumé des épisodes précédents, état des lieux des forces en présence et projections sur l’exercice à venir. Aujourd’hui, focus sur les Memphis Grizzlies, qui débutent une nouvelle époque après les départs récents de leurs deux stars emblématiques, Marc Gasol et Mike Conley.

Jaren Jackson Jr sera-t-il le digne successeur de Marc Gasol dans la raquette des Grizzlies ? (Photo : David Berding/Getty Images)
Jaren Jackson Jr sera-t-il le digne successeur de Marc Gasol dans la raquette des Grizzlies ? (Photo : David Berding/Getty Images)

A quelques mois d’intervalle, les transferts de Marc Gasol (envoyé aux Toronto Raptors en février, juste avant la trade deadline) et de Mike Conley (parti dans un échange avec le Utah Jazz annoncé en juin) ont définitivement acté la fin d’un cycle chez les Grizzlies. Articulée autour d’une défense de fer et d’une identité privilégiant le jeu sur demi-terrain, l’ère du “Grit & Grind” aura permis à la franchise créée en 1995 de vivre la meilleure période de sa jeune histoire, avec notamment sept participations consécutives aux playoffs entre 2011 et 2017, dont une percée jusqu’en finales de la conférence Ouest en 2013.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Après deux saisons de déclin inexorable, la page est donc officiellement tournée avec le départ des deux meilleurs scoreurs de l’histoire de la franchise du Tennessee, et cette dernière se projette désormais vers l’avenir. Plutôt gâté par la loterie de la Draft ces deux dernières saisons (4e choix en 2018, 2e choix en 2019), Memphis n’a d’ailleurs pas attendu pour amorcer sa reconstruction, récupérant deux joueurs extrêmement prometteurs et tout juste âgés de 20 ans : l’intérieur Jaren Jackson Jr, sélectionné en 2018 et qui a montré de belles choses l’an passé avant de se blesser, et le meneur Ja Morant, révélation de la dernière saison universitaire.

Un seul objectif : développer les jeunes talents

Sous la houlette d’un nouveau coach, Taylor Jenkins, ancien assistant de Mike Budenholzer aux Hawks puis aux Bucks, un maximum de responsabilités devrait être donné dès cette saison au duo de pépites, avec l’espoir de les voir développer très vite leur immense potentiel. Si le roster des Grizzlies compte aussi quelques joueurs chevronnés (Valanciunas, Iguodala, Crowder), certains d’entre eux ne devraient pas s’attarder dans le Tennessee (à l’image de l’ancien de Golden State Andre Iguodala).

L’objectif de cette première saison post-”Grit & Grind” est donc logiquement très modeste (il paraît de toute façon compliqué de viser les playoffs à l’Ouest avec un effectif aussi limité) : plus que les résultats, c’est bien la progression des jeunes talents (dont font également partie l’arrière Dillon Brooks, l’ailier brésilien Bruno Caboclo ou le rookie Brandon Clarke, MVP de la dernière Summer League) qui focalisera l’attention cette saison du côté de Memphis.

Roster : Jonas Valanciunas, Ja Morant, Jaren Jackson Jr, Grayson Allen, Jae Crowder, Bruno Caboclo, Solomon Hill, Tyus Jones De’Anthony Melton, Josh Jackson, Miles Plumlee, Ivan Rabb, Yuta Watanabe, Andre Iguodala, Brandon Clarke, Kyle Anderson, Dillon Brooks, Marko Guduric

Head Coach : Taylor Jenkins

General Manager : Zach Kleiman

Le cinq majeur probable :

Le cinq majeur potentiel des Grizzlies en 2019/20
Le cinq majeur potentiel des Grizzlies en 2019/20

Forces : l’intérieur du futur avec Jaren Jackson Jr, excellent défenseur et doté d’une palette variée en attaque ; potentiel athlétique du roster ; aucune pression de résultat

Faiblesses : inexpérience globale du roster ; manque de shooteurs fiables à 3 points ; lacunes au rebond offensif

Le pronostic de la rédaction : 14e de la conférence Ouest


Les autres previews :

New York Knicks

Phoenix Suns

Chicago Bulls

Cleveland Cavaliers

Oklahoma City Thunder

Utah Jazz

Brooklyn Nets

Los Angeles Lakers

Boston Celtics

Los Angeles Clippers

Philadelphia 76ers

Houston Rockets

Milwaukee Bucks

Golden State Warriors

Toronto Raptors

À lire aussi