Procès du drame de Millas : La conductrice du car s’effondre, les débats brutalement suspendus

COMPTE-RENDU - Céline Ballérini, la présidente du tribunal, a interrompu l’audience du procès de l’accident de Millas ce jeudi après-midi, après le malaise de la prévenue, la conductrice du car scolaire Nadine Oliveira

Au tribunal correctionnel de Marseille,

Le silence, profond, a succédé aux crises de larmes de la prévenue, ce jeudi après-midi dans la salle de la caserne du Muy, à Marseille, dédiée aux procès hors-norme. Après une matinée consacrée à diverses expertises, le tribunal a relancé l’audience à 13h30, se penchant sur la consommation de médicaments de Nadine Oliveira, la conductrice du car scolaire poursuivie, notamment, pour l’homicide involontaire de six enfants, décédés dans l’accident de Millas. Un comprimé de Zopiclone, un somnifère, par soir. Un médicament qui présente une contre-indication à la conduite dans les douze heures qui suivent sa prise. Un produit qu’elle consommait depuis 2011, sans parvenir à s’en défaire. Le tribunal tente alors d’explorer la piste d’un « micro-sommeil », ce que balaie la prévenue : « Non, je ne me suis pas endormie. »

Mais l’audience a pris une autre tournure aux alentours de 15 heures, lorsqu’après les questions de Céline Ballérini, la présidente du tribunal, et alors que la prévenue lutte pour s’exprimer entre deux sanglots, les avocats des parties civils sont revenus sur ce que Nadine Oliveira nomme « son trou noir ». Cet instant qui sépare la seconde(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Marseille : Un an après la mort d’un passager handicapé dans le métro, où en est l’enquête ?
Marseille : La ville et l’Olympique de Marseille s’accordent sur une hausse du loyer du stade Vélodrome
Marseille refait les comptes, la ville est bien celle avec le plus grand nombre de terrains de pétanque