Procès « FIFAgate » : Nasser al-Khelaïfi de nouveau acquitté en appel, Jérôme Valcke condamné

Nasser al-Khelaïfi est de nouveau acquitté en appel. (E. Garnier/L'Équipe)

Ce vendredi, la justice suisse a, comme en première instance, acquitté le président du PSG et de beIN Media Group Nasser al-Khelaïfi à la suite de son procès en appel lié au « FIFAgate » et tenu début mars. Coprévenu dans l'affaire, le Français Jérôme Valcke, ex-cadre de la FIFA, a écopé d'une peine de onze mois de prison avec sursis.

L'arrêt de la Cour d'appel du Tribunal pénal fédéral (TPF) de Bellinzone est tombé ce vendredi matin. Et, comme en première instance à l'automne 2020, un acquittement a été prononcé en faveur de Nasser al-Khelaïfi, le président du PSG et de beIN Media Group, dans le cadre de cette affaire liée au « FIFAgate » et à l'octroi de droits TV.

Les débats s'étaient déroulés début mars et le Ministère public de la Confédération (MPC, parquet fédéral) avait requis 28 mois de prison à l'encontre du Qatarien, poursuivi pour « instigation à gestion déloyale aggravée ». « Notre client est acquitté pour la deuxième fois dans cette affaire. C'est une nouvelle victoire très importante contre le MPC, obtenue cette fois-ci devant la plus haute instance du TPF », s'est réjoui Me Grégoire Mangeat, avocat suisse d'Al-Khelaïfi depuis 2017.

lire aussi

Michel Platini et Sepp Blatter attendent le prononcé du jugement

De son côté, le Français Jérôme Valcke, coprévenu dans ce dossier et ancien secrétaire général de la FIFA, a, lui, été acquitté du chef de « gestion déloyale aggravée » mais reconnu coupable de « faux dans les titres répété » et « corruption passive répétée », étant condamné à une peine d'onze mois de prison avec sursis ainsi qu'à une amende. Le parquet avait requis 35 mois d'emprisonnement à son encontre. Contacté, ses avocats, Mes Patrick Hunziker et Elisa Bianchetti, annoncent que « le Tribunal fédéral (de Lausanne, autorité judiciaire suprême en Suisse, qui statue en dernière instance) sera évidemment saisi. Le verdict de culpabilité n'est donc en rien définitif ».

Enfin, le Grec Konstantinos Nteris, troisième prévenu dans cette affaire à plusieurs volets, a été condamné à dix mois de prison avec sursis.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles