Procès de l’attentat de Nice : Les avocats des parties civiles appellent à ne pas se « laisser berner » par les accusés

AUDIENCE - Alors que leurs plaidoiries ont commencé mercredi, les avocats des parties civiles ont enjoint la cour à ne pas se « laisser abuser par le chant des sirènes » des huit accusés, jugés depuis le 5 septembre à Paris

Au premier jour de leurs plaidoiries, les avocats des parties civiles ont tenté de convaincre de l’implication des principaux accusés dans l’attentat de Nice du 14 juillet 2016, qui n’était « pas le fruit du hasard » et « encore moins l’œuvre d’un fou ». « Je vous remercie de ne pas vous laisser berner, de ne pas vous laisser abuser par [leur] chant des sirènes », a enjoint Me Cathy Guittard à la cour d’assises spéciale de Paris.

En l’absence de l’auteur, tué lors de l’attentat qui avait fait 86 morts sur la promenade des Anglais au volant d’un camion-bélier, huit accusés sont jugés depuis le 5 septembre.

A l’instar du procès des attentats du 13 novembre 2015, qui s’était tenu dans la même salle réservée aux grandes audiences, au palais de justice de Paris, une cinquantaine d’avocats ont prévu une « plaidoirie coordonnée », abordant d’abord l’aspect pénal du dossier, avant l’évocation des « blessures des victimes » à partir de jeudi après-midi.

« Je ne crois pas à la théorie du complot »

Même si aucun des accusés n’est poursuivi pour complicité avec le tueur, les premiers avocats à plaider ont insisté pour justifier la qualification d’association de malfaiteu(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Coupe du monde 2022 : A Nice, un happening pour « dénoncer les milliers de travailleurs morts » au Qatar
Coupe du monde 2022 : Le traditionnel album Panini et ses vignettes mis sur la touche ?
Procès de l’attentat de Nice : Absent à l’audience, le huitième accusé fait l’objet d’une procédure en Tunisie
Nice : L’IGPN saisie après un pot de départ à la retraite entre policiers qui dégénère et fait un blessé