Le procès de Pierre Ménès reporté en 2023

L'ancien chroniqueur de Canal + Pierre Ménès devait être jugé mercredi matin pour « agressions sexuelles » sur une hôtesse au Parc des Princes, en novembre dernier. L'audience a été renvoyée en mars 2023.

« Pierre Ménès est gravement malade, il ne sera pas présent à l'audience », prévient, ce mercredi matin, Me Wassermann avant d'entrer dans la salle d'audience du Tribunal judiciaire de Paris, où son client était convoqué pour répondre de faits d'« agressions sexuelles ». Trois affaires devaient être jugées dans la matinée. La première concerne une hôtesse du Parc des Princes. Les deux autres deux vendeuses d'un magasin Nike. Le président Éric Vivian a décidé de renvoyer l'audience à l'année prochaine, au 8 mars 2023.

lire aussi

Pierre Ménès et Canal+, c'est fini

Arrivé avec 50 minutes de retard en raison de difficultés à constituer son tribunal, le juge a expliqué que la durée prévue pour instruire ces affaires dans la matinée était sous-estimée. « C'est un dossier qui ne pourra pas tenir en 40 minutes. Je vais être clair : ce n'est pas parce que les victimes présumées ne sont pas présentes à l'audience et qu'il n'y a pas de plainte que nous devons bâcler ce dossier. Il faut vraiment prendre le temps de pouvoir tout anticiper. »

Me Arash Derambarsh, l'un des avocats de Pierre Ménès

« Pierre Ménès ne pourra pas aller mieux. Il y a trois semaines, il était dans le coma. Il pourrait même décéder. Ça va aller de mal en pis. Ce report va porter préjudice à sa santé. »

De ce fait, le tribunal a ordonné le renvoi. « En ce qui concerne le calibrage, on va fixer cette audience sur 4 heures. On fera en sorte de faire du visionnage ce jour-là et voir les vidéos du Parc des Princes. On prendra le temps de juger ces affaires. »

« Notre client avait besoin que cette affaire soit derrière lui. Les faits ne sont pas si complexes. Nous n'avions pas l'intention de nous éterniser dans des plaidoiries », a rétorqué Me Wasserman. Me Arash Derambarsh, l'autre avocat de Pierre Ménès, a d'ailleurs fait part de ses inquiétudes concernant la santé de son client. « Pierre Ménès ne pourra pas aller mieux. Il y a trois semaines, il était dans le coma. Il pourrait même décéder. Ça va aller de mal en pis. Ce report va porter préjudice à sa santé. »

« Je trouve ça dommage que le tribunal ne puisse pas s'organiser pour étudier et analyser le dossier de M. Ménès dans une affaire où, je le rappelle, il n'y a ni victime, ni plaignant, il n'y a pas d'élément matériel, a ajouté Me Derambarsh en sortant de la salle d'audience. Il n'y a aucune photo, aucune vidéo. Rien n'engage la responsabilité pénale de Pierre Ménès. Cette affaire est un pur scandale. »

L'hôtesse du Parc des Princes aurait qualifié le geste de Ménès de « délicat, rapide et précis »

Pierre Ménès devait être jugé pour trois affaires. Le 20 novembre 2021, Christelle* (33 ans), hôtesse au Parc des Princes, décrit avoir « senti passer une personne entre le mur et elle », la bousculant un peu au passage. Dans le même temps, elle aurait perçu une main se poser sur sa « poitrine droite », avant de descendre jusqu'à son ventre. « De haut en bas, un geste délicat, rapide et précis », aurait-elle même qualifié devant les policiers. Elle aurait aussi indiqué avoir eu « une personne devant elle » au moment des faits, avant de tourner « immédiatement » la tête vers le couloir menant aux tribunes et d'apercevoir Pierre Ménès.

Outre cette affaire du Parc, Pierre Ménès, présumé innocent, était aussi poursuivi, ce mercredi, pour deux faits remontant au mois de juin 2018 dans un magasin Nike à Paris. Deux vendeuses avaient déposé plainte contre lui pour « agression sexuelle ». La première avait vu sa procédure classée sans suite par le parquet ; pour la seconde, Pierre Ménès avait fait l'objet d'un rappel à la loi en janvier 2019.

*Le prénom de l'hôtesse a été modifié.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles