Ryan Giggs « avait un côté plus laid et plus sinistre » en dehors du terrain, selon le parquet

Ryan Giggs devant la Cour de la Couronne de Manchester lundi. (C. Recine/Reuters)

Ryan Giggs a été accusé lundi de « violences physiques comme psychologiques » sur son ex-compagne au premier jour de son procès. Des accusations qu'il réfute mais qui l'ont conduit à démissionner de son poste de sélectionneur du pays de Galles en juin.

Ryan Giggs comparaît depuis lundi devant la justice britannique. L'ancien ailier de Manchester United est accusé d'avoir agressé son ancienne compagne, Kate Gerville, et la soeur de celle-ci, Emma Gerville, lors d'une violente dispute le 1er novembre 2020. Des faits, passibles d'une peine maximale de cinq ans de prison, pour lesquels il a plaidé non coupable.

Le Gallois doit aussi répondre du délit de comportement d'emprise sur sa compagne pendant leur relation, qui avait commencé en 2017 et s'est achevée le jour des faits qui lui sont reprochés. Ce chef de poursuites recouvre des faits d' « isolement, rabaissement, humiliation, harcèlement, dégradation et mauvais traitements ».

Ce lundi, l'homme de 48 ans, qui a remporté deux Ligues des champions sous le maillot de Manchester United, est entré l'air grave, flanqué de ses avocats dans la Cour de la Couronne de Manchester. Il s'est dit impatient de « blanchir (son) nom ». La juge Hilary Manley a indiqué que le procès devrait durer deux semaines mais pourrait se prolonger. Initialement prévu en janvier, il avait dû être reporté en raison de l'encombrement des tribunaux.

Lors de l'audience, le représentant du parquet Peter Wright a affirmé aux jurés que M. Giggs était responsable « d'une multitude de violences physiques comme psychologiques, à l'encontre d'une femme qu'il dit aimer ». « Sur le terrain, ses qualités étaient vastes et magnifiques. En dehors du terrain et dans l'intimité de sa vie personnelle, il y avait un côté beaucoup plus laid et plus sinistre de sa personnalité », a décrit le représentant du parquet.

Le procès de Benjamin Mendy s'ouvre mercredi

En juin, Giggs avait démissionné de son poste de sélectionneur du Pays de Galles. « Je ne veux pas que les préparatifs du pays pour la Coupe du monde soient affectés, déstabilisés ou mis en danger de quelque manière que ce soit par l'intérêt continu autour de cette affaire », avait-il déclaré.

Ce procès s'est ouvert deux jours avant celui du joueur français Benjamin Mendy, jugé à Chester à partir de mercredi pour viols et agressions sexuelles sur sept femmes.

lire aussi

Ryan Giggs, l'icône déchue du pays de Galles