La propreté, une histoire japonaise

Apolline Merle
·1 min de lecture

Bien des choses peuvent nous surprendre au Japon, nous Français et Occidentaux, et parmi elles : la propreté. Alors qu’en France, celle-ci n’est pas la première de nos qualités, les Japonais sont, eux, irréprochables. “Nous les Japonais, nous avons une attention toute particulière à la propreté de nos corps, de nos maisons et environnements de travail, tout comme la rue. Nous pensons que si l’un de ces espaces n’est pas propre, c’est que l’esprit est perturbé”, témoigne Sayaka Goryo, une Japonaise de 26 ans, qui travaille dans une agence de voyage à Tokyo.

La jeune femme, qui a passé six mois dans l’Hexagone en 2015, a été choquée de la différence culturelle entre les deux pays. “En arrivant en France, j’ai été choquée de voir autant de déjections de chiens dans les rues. Les voitures étaient très sales aussi. Et pourtant, je me rappelle de toutes ces poubelles partout…”, se remémore-t-elle.

L'influence du shintoïsme

Au Japon, la propreté fait l’objet d’une véritable culture, qui trouve son origine dans l’influence du shintoïsme, la religion la plus ancienne de l’archipel et qui est restée la religion d’État depuis la constitution de 1868 sous l’ère Meiji. Si le nombre de Japonais croyants a fortement...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi