Protection des requins : Une décision « historique » instaure une limite stricte sur le commerce de certaines espèces

Protection des requins : Une décision « historique » instaure une limite stricte sur le commerce de certaines espèces

Extinction - La protection de ces requins a été la plus discutée des décisions du sommet sur les espèces menacées qui a débuté le 14 novembre

Une décision qualifiée d'« historique ». La conférence sur le commerce international des espèces menacées réunie à Panama s’est engagée vendredi à protéger une cinquantaine d’espèces de requins menacés par le florissant trafic de leurs ailerons en Asie. Au dernier jour de cette 19e Conférence (COP19) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées (CITES), les délégués de 183 Etats et de l’Union européenne (UE) ont décidé en séance plénière de réguler la pêche de 54 espèces de requins requiem (Carcharhinidae) et de requins-marteaux (Sphynidae).

Ces squales ont été inscrits à l’Annexe II de la CITES limitant strictement le commerce de certaines espèces par consensus, malgré les réserves émises par le Japon concernant la protection accordée au requin bleu, estimant qu’il ne s’agit pas d’une espèce menacée. Le délégué japonais a exprimé « la vive préoccupation » de son pays concernant les conséquences de cette décision jugée « préjudiciables d’un point de vue social et économique » pour les pêcheurs de son pays.

La protection de ces requins, demandée par l’UE et une quinzaine de pays, dont le Panama, a été la plus discutée des décisions du sommet qui a débuté le 14 novembre. Elle est devenue au fil (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Méditerranée : La présence du requin blanc, danger ou excellente nouvelle pour l’homme ?
Leclerc crée la polémique en vendant du requin peau bleue, une espèce en danger
Anthony Delon dénonce le massacre d’un requin sur une plage par deux hommes