Provoc, buts à la chaîne et physique de géant : Erling Haaland, la nouvelle arme de Dortmund face au PSG

Journal du Dimanche

Il y a eu des indices : d'abord un drapeau norvégien agité dans le fameux mur jaune, puis son nom prononcé par le speaker un peu plus fort que celui des autres remplaçants avant le coup d'envoi de Dortmund-Cologne (5-1), vendredi. Lorsque l'entraîneur suisse Lucien Favre a rappelé Erling Haaland vers le banc à l'heure de jeu, on a compris qu'on allait voir ce qu'on allait voir. Vingt-deux minutes plus tard, le phénomène norvégien avait ajouté deux buts à son triplé express de la semaine précédente à Augsbourg, pour ses débuts en jaune et noir.

Lire aussi - Football : pourquoi les stars de demain éclosent de plus en plus jeunes

Les bras en croix, dans une posture christique, il a reçu l'acclamation du Signal Iduna Park. Avant de disparaître sans un mot à la télévision norvégienne, organisant sa rareté après un hiver où l'on n'a parlé que de lui. Ces derniers jours, au pays, seul Sander Sagosen lui a chipé un peu de temps d'antenne, la star du handball norvégien (et du PSG) ayant plané sur l'Euro à domicile.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Triple dîner et hormones de sommeil

Le jeune héros de 19 ans dépasse déjà l'autre "Baby Face Killer", Ole Gunnar Solskjær, qui a fait carrière en jouant dix minutes par match à Manchester United, et Tore André Flo, un attaquant qui n'est resté grand que par la taille (son 1,93 mètre a fait le bonheur de Chelsea avant le faste russe). Avec un centimètre de plus, Erling Braut Haaland a le gabarit du second mais l'aisance technique du premier. "Il a énormément bossé car il étai...


Lire la suite sur LeJDD

À lire aussi