PSG : Plus de 25 M€ par an pour devenir un « partenaire officiel »

·2 min de lecture

La grille des tarifs a singulièrement gonflée, sous l’impulsion du recrutement XXL, opéré cet été, par le Paris Saint-Germain. Hier jeudi, le club de la capitale a officialisé le rapprochement, avec la marque crypto.com qui devient alors le « partenaire crypto », du club de la capitale. C’est le troisième échelon, dans la hiérarchie des commanditaires du Paris SG, après les partenaires principaux, que sont Nike et Accor et les partenaires premium, au nombre de 10.

Un partenaire officiel au prix du précédent sponsor maillot

Cela signifie donc que cypto.com n’aura pas de présence sur le maillot des joueurs de Mauricio Pochettino et pourtant, selon les informations de L’Equipe, le contrat devrait rapporter chaque année de 25 à 30 millions d’euros, avec les bonus, au PSG. Et cela, sur les trois prochaines saisons. Pour mieux situer ce niveau d’engagement et mesurer la progression du club sur les dernières années, c’est l’équivalent de ce que payaient Nike ou Emirates, jusqu’en 2019, l’un pour produire les maillots, les autres pour occuper l’espace à l’avant.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le PSG a le vent en poupe auprès des marques. Comme les NFT et la cryptomonnaie

Avec crypto.com, le PSG prévoit de produire de nouveaux NFT, ces jetons non-fongibles qui ont le vent en poupe, en ce moment. Le groupe est également la plateforme crypto officielle de l’UFC, de la F1 ou de la Serie A. » Avec ce partenariat, le Paris Saint-Germain démontre une fois de plus sa vision et son leadership en tant que pionnier dans des domaines tels que le lifestyle, l’esport et le digital », note par communiqué, Marc Armstrong, le responsable du sponsoring au PSG.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles