PSG, Alphonse Areola : "La saison prochaine, c’est une autre histoire"

Goal.com
La composition du Paris Saint-Germain qui affrontera Angers en finale de Coupe de France ce samedi vient d'être donnée.

PSG, Aréola et Maxwell titulaires face à Angers

La composition du Paris Saint-Germain qui affrontera Angers en finale de Coupe de France ce samedi vient d'être donnée.

Alors qu’Unai Emery avait le droit à sa question hebdomadaire sur la gestion de ses gardiens durant les 6 premiers mois de son histoire avec le PSG, l’instauration de Kevin Trapp en N°1 depuis début 2017 a mis un terme aux interrogations. Alphonse Areola prend son mal en patience et profite du - maigre - temps de jeu qui lui est offert pour se montrer comme face à Avranches en quart de finale de Coupe de France mercredi (4-0) En attendant la saison prochaine où les cartes devraient être rabattues. Une nouvelle fois.

Comment s’est passé ce match face à Avranches ?

Alphonse Areola : On a fait les choses bien ce soir (mercredi). Il y a encore quelques détails qu’il faut rectifier mais on a fait le job et on a respecté cette équipe. Le premier but a mis du temps à arriver mais il nous a libérés. Sur les contres, ils étaient assez dangereux, ils l’ont montré plusieurs fois. Le fait d’enchainer les buts en deuxième mi-temps nous a permis de dérouler.

PSG-Monaco en demi-finale... c’est une habitude maintenant d’affronter les Monégasques ?

On a hâte de jouer ce match. Il faut en passer par là pour arriver en finale. Pour avoir un titre, il faut battre tout le monde. On n’en a pas marre de les croiser non, c’est comme ça ( rires ) Je ne sais pas si ça peut avoir un impact sur le championnat. La finale de Coupe de la Ligue leur a mis un gros coup derrière la tête, mais ils vont essayer de ne rien lâcher.

Personnellement, comment vous êtes-vous senti ?

Je suis bien. Chaque fois qu’on me donne du temps de jeu, j’essaye de donner le maximum. J’étais à l’image de l’équipe sur ce match.


Comment vivez-vous cette nouvelle situation de doublure ?

On me donne du temps, je joue. On verra ensuite. La saison prochaine, c’est une autre histoire.

Propos recueillis par Loïc Tanzi au stade Michel D'Ornano

 

À lire aussi