PSG-Bruges : un ticket pour les huitièmes à composter

C'est l'occasion idéale pour se racheter. Cinq jours après sa sortie de route à Dijon (défaite 2-1), le PSG peut se qualifier, dès mercredi, pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Il faudra battre le Club Bruges, ou espérer un faux pas de Galatasaray à Madrid, pour valider son ticket pour le prochain tour. Une mission largement dans les cordes de Paris qui domine de la tête et des épaules son groupe en C1 pour l'instant.

Mais malgré la victoire 5-0 à Bruges il y a deux semaines, Thomas Tuchel se veut prudent. Il l'a rappelé en conférence de presse : "Bruges est une équipe très courageuse. C'est leur style de presser haut sur le terrain. On devra être très attentifs car ils ont un jeu un peu fou, pas toujours structuré. Il faudra jouer avec précision, calme, et faire la décision très, très vite. Le 5-0 était extraordinaire, mais pendant plusieurs minutes c'était compliqué. (...) J'ai confiance en mon équipe."

Éviter l'excès de confiance

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Contrairement au match aller, où il avait littérallement changé le visage du Paris Saint-Germain, Kylian Mbappé devrait débuter la rencontre. Un atout de choix pour les Parisiens, sur lequel l'entraîneur de Bruges Philippe Clement n'entend pas se focaliser pour autant. "Comme toujours, nous avons un plan, a-t-il annoncé. Nous savons que dans cette équipe il y a plusieurs individualités qui peuvent faire des choses spéciales. Nous allons essayer de faire le maximum avec nos qualités. Mais nous n'avons pas de plan anti-Mbappé. Nous avons un plan contre tous les joueurs du PSG."

Mbappé PSG Kylian Paris Saint-Germain
Mbappé PSG Kylian Paris Saint-Germain

Thomas Tuchel, lui, a ressenti le besoin d'organiser une réunion tactique mardi matin, histoire de rappeler certains fondamentaux à ses joueurs. Car après la défaite à Dijon, "il n'y avait pas une personne qui n'était pas déçue dans le bus ou dans l'avion", dit-il. "On a parlé avec les joueurs, on a parlé de la tactique, de la mentalité. On doit améliorer certaines choses, et c'était nécessaire d'en parler. On doit apprendre, et en ce sens peut-être est-ce une bonne leçon pour nous."

L'excès de confiance avait été pointé du doigt par Marquinhos à Dijon. Il n'en faudra pas cette fois-ci, sous peine de tomber de haut une nouvelle fois, d'autant qu'en empochant sa qualification mercredi, au Parc des Princes, le PSG remplirait son premier objectif prioritaire de la saison, à deux journées de la fin de la phase de groupes. Une bouffée d'air non-négligeable pour Thomas Tuchel dans l'optique d'une gestion de groupe importante d'ici la fin de l'année. Il faudra ainsi retrouver la solidité européenne déjà affichée jusqu'ici. Paris connaît la recette, mais il sait aussi que rien n'est joué d'avance...

À lire aussi