Le PSG domine Créteil en Liqui Moly Starligue

Kamil Syprzak a inscrit 12 buts pour le Paris-SG, samedi face à Créteil. (S. Boué/L'Équipe)

Créteil a posé des problèmes au PSG, mais le club de la capitale s'est finalement imposé (35-26), samedi à domicile, lors de la quatrième journée de Liqui Moly Starligue.

À la 44e minute de jeu, Créteil tenait décidément tête au PSG (22-22). Puis ce fut une déferlante. Le club de la capitale a infligé un terrible 13-3 aux banlieusards pour s'imposer 35-26, samedi lors de la quatrième journée de Liqui Moly Starligue. De quoi se relancer en Championnat, six jours après la lourde défaite concédée à Toulouse. Entre-temps, Paris avait déjà su réagir, en Ligue des champions, en dominant les Allemands de Magdebourg.

lire aussi


Les résultats de la 4e journée

Samedi, le PSG était privé des frères Karabatic, touchés par le Covid-19. L'équipe entraînée par Raul Gonzalez est toutefois bien entrée dans la partie, menant 12-7 après 20 minutes de jeu. Mais, porté notamment par le Brésilien Thiago Alves Ponciano (quatre buts), Créteil a signé un 8-3 en quelques minutes pour recoller au score (15-15, 29e).

Syprzak, Prandi et Palicka se distinguent avec Paris


Au retour des vestiaires, les Cristoliens se sont même permis de mener (19-17, 37e). Mais trois buts inscrits par Kamil Syprzak, David Balaguer et Mathieu Grébille ont remis Paris devant (20-19, 39e). Puis, quelques minutes plus tard, la formation parisienne s'est lancée dans son final qui a donc terrassé son adversaire. Syprzak (12 buts dont quatre penalties) et Elohim Prandi (huit buts) ont été les plus efficaces, côté parisien. Les gardiens ont également brillé : 12 arrêts pour le Parisien Andreas Palicka et 14 pour Dylan Soyez (Créteil).

« On s'est rendu le match compliqué, déplorait Mathieu Grébille, capitaine parisien d'un soir en l'absence des glorieux frangins. On était plutôt bien partis, mais dès qu'on a un peu de déchet en attaque ou en défense, on sait qu'en face ce sont de bonnes équipes qui reviennent et ne lâchent pas. Et ça donne un match tout de suite plus compliqué. C'est à nous de trouver les moyens de rester concentrés pendant 60 minutes et d'éviter ce genre de temps faibles car contre de plus grosses équipes ça ne pardonne pas. »

Valentin Aman, le pivot cristolien, jugeait que « le score est vraiment lourd: jusqu'à la 52e minute on est à moins deux, les huit dernières minutes nous ont été fatales. On a vendu cher notre peau car on a fait un très bon match, c'est bon pour la confiance. »

Dans l'autre match de la soirée, Aix-en-Provence, toujours privé de son gardien international Wesley Pardin, a gagné à domicile face à Limoges (38-33), avec notamment huit buts de Matthieu Ong. Le PAUC s'est envolé d'entrée (10-3, 14e) et a conservé un large écart tout au long de la partie.

C'est le troisième succès aixois de la saison, en quatre matches. Six équipes comptent trois victoires : Aix donc, Chambéry, Cesson-Rennes, le PSG, Montpellier et Nantes. Dimanche (17 heures), les Nantais boucleront la journée, à Saint-Raphaël. En cas de victoire, ils seront seuls leaders.

lire aussi


Le classement

lire aussi


Toute l'actualité de la Liqui Moly Starligue