PSG-Monaco (7-1) / Les notes des Parisiens : Un match de champions !

Yahoo Sport

Trente minutes d’un réalisme clinique et impressionnant auront suffit aux Parisiens pour aller chercher un 7ème titre de champion de France. Le tout face au champion en titre : du travail de pro.

Lo Celso, auteur d’un doublé face à Monaco (7-1).
Lo Celso, auteur d’un doublé face à Monaco (7-1).

Areola (6) : Sa montée en puissance se confirme avec un nouveau match plein d’assurance. Un seul gros arrêt à son actif ok mais ses sorties aériennes ont aussi fait beaucoup de bien. 

D. Alves (7) : Quel dommage qu’il ait connu ce trou d’air entre novembre et mars ! Redevenu intraitable derrière et dangereux devant (il est à l’origine du 5-1), il a encore proposé une prestation de niveau Ligue des Champions.

T. Silva (6) : Quelques duels délicats avec Falcao mais une maîtrise d’ensemble largement suffisante pour museler l’attaque monégasque.

Marquinhos (7) : Un tacle rageur et décisif qui a rappelé son geste sur cette même pelouse en 2015 face au Barça et une intensité parfaite dans toutes ses interventions.

Berchiche (7) : Une première période pleine d’envie…et d’efficacité avec ce centre déposé sur la tête de Cavani (2-0). Si un latéral gauche doit quitter le club cet été, il n’est pas dit que ça soit lui.

Lo Celso (8) : En difficulté depuis son match raté contre le Real, il a refait surface de la plus belle des manières avec un doublé et une activité de tous les instants. Remplacé sous les applaudissements du Parc par Nkunku (79eme), impliqué dans le 7eme but.

Rabiot (6) : Peu gêné par le « pressing » monégasque, il a passé une soirée tranquille en sentinelle, se contentant de quelques accélérations. Remplacé par Diarra (65eme), l’ancien Madrilène a eu du mal à se mettre dans le rythme.

Draxler (7) : Buteur et impliqué dans le 4eme but, il a largement dépassé ses fonctions de milieu relayeur. Un poste auquel il commence à sérieusement trouver ses marques.

Di Maria (8) : Ses détracteurs font valoir qu’il a l’habitude de briller contre les petits. Mais ce soir, c’était le 2eme de L1 et il a éclaboussé la rencontre de toute sa classe avec un doublé et une talonnade sur le poteau. Son année 2018 est pour le moment exceptionnel. Remplacé par Meunier (75eme), auteur d’une entrée intéressante. 

Cavani (8) : Un premier tir raté pour se chauffer puis une première demi-heure de feu avec une implication dans les 3 premiers buts. Ajoutez à cela, l’habituel travail défensif et vous tenez un gros match du matador.

Pastore (8) : On a senti dès le début du match que le Javier nonchalant des dernières semaines n’était pas sur la pelouse. Trois passes décisives plus tard, on se demande pourquoi il n’a pas affiché ce niveau d’envie lors de son entrée face au Real. Histoire de se montrer pour cet été ? C’est une belle hypothèse…

Emery (8) : La saison dernière, on expliquait que Jardim l’avait surclassé sur les confrontations direct de championnat. Cette année, il a fait subir un supplice à son homologue portugais, à l’image de ce match, parfaitement maîtrisé tactiquement.

À lire aussi