Le PSG et Nantes font le job

Blessé à l'index droit pendant le Mondial de janvier, Thibaud Briet a effectué son retour avec Nantes ce dimanche. (S. Mantey//L'Équipe)

Le PSG, champion de France en titre, s'est imposé à Sélestat (34-31), dernier de l'élite, alors que Nantes a dominé Limoges (37-27) lors de la 17e journée de Liqui Moly Starligue.

Le poids des absences s'est fait davantage sentir à Limoges qu'à Nantes, ce dimanche en fin d'après-midi pour le compte de la 17e journée de Liqui Moly Starligue. Hichem Daoud, David Iglesias et Yoav Lumbroso, sur le flanc, n'étaient donc pas du déplacement à Nantes où Théo Monar et Ivan Pesic ont vécu la victoire des leurs depuis les tribunes. Un large succès (37-27) mais qui ne reflète pas totalement la physionomie de ce duel qui s'est décanté dans le dernier quart d'heure.

lire aussi : Calendrier et résultats de la 17e journée

« Ce n'est pas notre meilleur match mais on avait à coeur de prendre notre revanche sur l'aller » a confié Aymeric Minne, au micro de beIn Sport. L'arrière international se référait à la défaite à Limoges le 30 octobre dernier (31-35). « Limoges nous a mis en difficulté mais on savait qu'il leur manquait des joueurs et qu'on avait plus de rotations qu'eux. Ça s'est vu », a ajouté Minne (4 sur 6 au tir). « C'était un peu compliqué, on a un peu galéré en première période, on manquait un peu de rythme », a dit Thibaud Briet (3 sur 5), de retour après près d'un mois d'absence suite à sa blessure à l'index droit contractée pendant le Mondial, en janvier.

Le PSG s'en sort face à un Sélestat solideAvec ce 14e succès (pour 3 défaites) en 17 journées, Nantes conforte sa place de troisième ; Limoges (8 v., 9 d.) reste neuvième. Dans le même temps, le PSG se rendait à Sélestat, dernier de l'élite avec 2 succès pour 14 revers, soit le bilan inverse du champion de France. Qui ne s'est pas baladé, loin de là (34-31, score final). La faute à une infirmerie toujours aussi garnie (les frères Karabatic, Kristopans et Syprzak) mais aussi à la belle résistance des hommes de Laurent Busselier qui ont même réussi à mener en début de match.

À la pause, l'écart n'était que de deux longueurs (13-15), comme après 40 minutes (20-22). Grâce notamment à Romain Mathias, bien présent dans les buts (12 arrêts sur 34 tirs). « On s'est battus avec nos armes jusqu'au bout », a estimé le gardien de Sélestat au micro de hand TV. Toke Schröder (6 sur 11), Steven George (4 sur 4) ou Hugo Pimenta (5 sur 7, dont 4 sur 5 aux penalties) ont tout donné aussi. Insuffisant au final contre les champions de France qui ont pu compter sur Andreas Palicka (10 arrêts sur 33) dans les buts.

Dans le champ, Henrik Toft Hansen (5 sur 5) a tenu le choc au pivot en l'absence de Luka Karabatic et Kamyl Syprzak. Sur l'aile, David Balaguer a fait le job aussi (7 sur 7, dont 4 penalties) et Elohim Prandi (9 sur 13) a encore fait parler sa puissance sur la base arrière. Avec ce quinzième succès, le PSG reste co-leader de Liqui Moly Starligue avec Montpellier, avec deux points d'avance sur Nantes.

lire aussi : Le classement de Liqui Moly Starligue