Le PSG répond à la Commission de discipline

Après la justice suisse, l'instance internationale ouvre une enquête contre Nasser al-Khelaïfi, directeur de la société beIN Media Group.

En raison des incidents lors de la finale de Coupe de la Ligue Paris SG-AS Monaco (4-1), au Parc OL à Lyon, la Commission de Discipline de la Ligue de Football Professionnel a décidé ce jeudi soir de sanctionner le club de la capitale, avec la fermeture pour deux matchs de l’espace visiteur pour les rencontres à l’extérieur (sanction déjà purgée dans le cadre de la mesure conservatoire), une amende ferme de 100 000 € et deux matchs à huis-clos partiel s’appliquant sur la tribune Auteuil avec sursis. 

Le PSG sanctionné de deux matches de huis clos avec sursis​

Ce vendredi, par le biais d'un communiqué publié sur son site officiel, le PSG a livré son sentiment sur la sanction. 

"Le Paris Saint-Germain prend acte de la décision rendue jeudi soir par la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel à son encontre. Le Club a pris note avec intérêt des déclarations du président de la Commission soulignant que le Paris Saint-Germain dispose d’un casier disciplinaire exemplaire et que le PSG n’était pas pleinement maître de l’organisation, étant rappelé en effet que la LFP était l’organisateur de la finale de la Coupe de la Ligue qui s’est tenue le 1er avril dernier, à Lyon. Néanmoins, le Club regrette que la responsabilité de la LFP n’ait pas été prise en considération dans les sanctions prononcées, en particulier dans le montant anormalement élevé de l’amende infligée, au regard des décisions habituellement rendues dans ces circonstances. Le Club examinera avec une grande attention les motifs de la décision dès qu’elle lui sera transmise. Enfin, le Paris Saint-Germain se montrera extrêmement attentif aux suites qui seront données par la Commission, tant au sujet du rôle d’organisateur la LFP que de la communication des éléments qu’il a sollicités dans le cadre de l’instruction menée uniquement à son encontre. Le Club réaffirme qu’il condamne fermement les dégradations volontaires inacceptables qui ont été commises lors de la finale disputée au Parc OL, ainsi que sa volonté de sanctionner, sans amalgame ni complaisance, les auteurs de celles-ci. Le Paris Saint-Germain entend également réaffirmer, en application de la loi du 10 mai 2016 dite Loi Braillard, sa volonté de poursuivre et de renforcer le dialogue‎ avec ses supporters dans un cadre intangible et non négociable de sécurité", peut-on lire.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages