Real Madrid, Platini… Leonardo règle ses comptes !

Après la qualification des Parisiens en phase finale de Ligue des Champions, le directeur sportif du PSG s’est longuement arrêté en zone mixte pour régler ses comptes avec la planète foot. 

Sur le cas Kylian Mbappé d’abord. Car si le Real Madrid ne cache pas faire du pied à l’attaquant français, c’est Zinédine Zidane lui-même qui a fini par mettre de l’huile sur le feu, expliquant en conférence de presse que le jeune champion du monde « rêvait du Real Madrid ». Pas du goût de Leonardo, qui n’a pas tardé à répliquer.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

« Ça agace un peu. Je pense que ce n'est pas le moment de parler d'un joueur de notre équipe, pendant la saison. Ce n'est pas la première fois. C'est le moment d'arrêter. J'ai beaucoup de respect pour Zidane mais ce n’est pas le moment de toucher un joueur qui est dans les meilleurs au monde, qui est fantastique, incroyable. On est très content de l'avoir dans l'effectif. Il a deux ans et demi de contrat avec nous donc on ne doit pas parler de ça. C'est le moment de faire une pause. (…) Si on commence à parler on peut parler nous aussi et ça devient un peu le bazar. Je pense que c'est mieux que chacun garde sa position par respect pour le club », a ainsi expliqué le directeur sportif du PSG, envoyant un message clair aux Merengue… Que le PSG va justement affronter le 26 novembre prochain, pour l’ultime match de la phase de groupe…

« Honnêtement, je n'ai pas vu cette interview où il disait que c'était un rêve. Ni lu, ni entendu, et je n'ai jamais parlé avec lui de ça. Peut-être qu'il l'a dit un jour et c'est devenu une télénovela mexicaine et qu'on continue comme ça. Je pense qu'il est très intelligent. Il a un contrat avec nous, et a déjà fait beaucoup de choses. Et il y a des choses à faire encore. Et je ne pense pas que ça soit le débat du jour. C'est pour ça que je ne comprends et je vous demande, même à vous, d'arrêter. Car on ne peut pas répondre à chaque fois la même chose. Il y a des choses concrètes : son contrat, je pense qu'il est content. C'est un joueur fabuleux. Et je pense qu'il y a là un peu de jalousie. Il a 20 ans, le PSG a beaucoup d'ambition pour le futur et lui est une partie centrale de tout ça », a même poursuivi le numéro 2 du PSG, fermant ainsi les élucubrations. 

“On connait le proverbe français : il faut mieux faire envie que pitié”

Mais le Brésilien en avait encore sous le pied. Interrogé par nos soins sur les critiques très virulentes de Michel Platini à l’égard du club francilien, Leonardo n’a pas fait dans la dentelle.

« J'ai vu, ce n'est pas la première fois. Il avait dit la même chose, à peu près, en 2011, quand les Qataris sont arrivés ici, que Nasser était le président, que j'étais le directeur sportif et que Carlo Ancelotti était l'entraîneur. Je ne veux même pas parler de racisme parce qu'on laisse de côté ça, mais on peut parler de jalousie. Même ses mots par rapport à Mbappé, ça ressemble à de la jalousie. Il a dit que Kylian Mbappé va trop vite, ou qu'il a quelque chose qui ne marche pas, honnêtement, je ne vois pas parce que c'est un des meilleurs joueurs du monde et il sera sûrement le meilleur au monde. Mais on connaît le proverbe français : il faut mieux faire envie que pitié », a ainsi répliqué l’intéressé.

Quant aux questions entourant l’avenir de Thomas Tuchel, Leonardo a été plutôt direct sur l’avenir du coach allemand : « Il n'a jamais demandé de partir, on ne lui a jamais demandé de partir, on n'a jamais demandé de changer d'entraîneur. Alors il n'y a rien ! C'est fini, point. Les gens parlent, on connaît un peu le jeu, ça fait longtemps qu'on est dans le football. Il est là, il est présent, on a beaucoup de choses à faire encore. On avance ».

Une chose est sûre, le directeur sportif est revenu cet été dans la capitale pour aller au front, et protéger enfin l’institution francilienne. Et, force est de constater que le Brésilien envoie un message clair : désormais, quand on attaque le club de la capitale, on risque de trouver un certain Leonardo sur son chemin. 

À lire aussi