PSG, Thomas Tuchel : "Le Real a été la meilleure équipe aujourd'hui"

L'entraîneur parisien est revenu en conférence de presse sur la prestation de ses joueurs, qui ont accroché le Real Madrid en fin de match (2-2).
L'entraîneur parisien est revenu en conférence de presse sur la prestation de ses joueurs, qui ont accroché le Real Madrid en fin de match (2-2).

Le Real supérieur

"Le Real a été la meilleure équipe aujourd'hui pendant longtemps. C'était difficile pour nous de trouver des espaces, de prendre des décisions. On a joué trop compliqué, pas assez simple. On n'avait pas la confiance nécessaire pour jouer ici. Le Real a été très très fort. Ils ont montré pourquoi cette équipe a gagné trois fois (la Ligue des champions, ndlr). Quand on a joué plus simple, on a trouvé des espaces mais on n'a jamais été assez décisif.

"On a eu un gardien extraordinaire et ce n'est pas interdit. On a eu de la chance, ce n'est pas interdit non plus. On a montré notre caractère, on n'a jamais laissé le match. C'était nécessaire de marquer parce qu'ensuite on était plus libre. Il y a aussi des choses positives, la prestation de Keylor [Navas], les gars qui sont rentrés ont vraiment fait la différence. Pour grandir, on doit s'améliorer après un match comme ça. On a 13 points après cinq matches."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Neymar sur le banc

"Non je n'ai pas peur [de le perdre] parce qu'on a une connexion. Je lui ai dit que je préférais qu'il puisse finir ce match avec nous. Nous avons fait la même chose avec Kylian [Mbappé] contre Bruges et Galatasaray. Il a raté six semaines, n'avait joué qu'une fois, et pour moi ce n'était pas nécessaire de prendre le risque qu'il commence. J'ai pris cette décision pour lui aussi. Ce n'était pas le moment pour moi de changer notre structure parce qu'on a gagné quatre matches avec ce schéma."

L'analyse du 4-2-3-1

"Je ne sais pas si on peut trop l'analyser aujourd'hui. Ce n'était pas une question de structure mais de mentalité, de courage, de comment on prend les décisions. C'était une deuxième mi-temps avec beaucoup de risques. Ce n'était pas possible de pousser dans le camp adverse parce qu'on n'a pas été assez discipliné, on n'a pas trouvé les espaces nécessaires et donc on a pris beaucoup de risques."

Le penalty et le carton rouge annulés

"C'était un petit peu compliqué. J'ai pas vu les images après le match mais je suis convaincu qu'il peut faire ça seulement s'il est évident qu'il a pris une mauvaise décision. Si ce n'est pas évident, ce n'est pas possible que le VAR l'appelle pour regarder. Pour moi sur le terrain ce n'était pas une grande erreur. On peut siffler faute dans la situation mais il était très proche il a décidé de ne pas siffler, et pour moi ce n'est pas possible que le VAR l'appelle. Mais je ne suis pas sûr que j'ai raison."

Un scenario qui peut faire passer un cap mental

"Oui peut-être qu'on peut utiliser ce match, peut-être que ce match peut nous donner confiance. Il est nécessaire de se battre, de rester dans le match, de croire que c'est toujours possible."

Benjamin Quarez, à Madrid (Espagne)

À lire aussi