PSG : Qui veut louer le jet privé à 2M€ de Sergio Ramos ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
jet sergio ramos
Sergio Ramos propose son jet privé à la location.

Il a bouclé les deux heures qui séparent ls deux capitales, Madrid de Paris, dans le confort cossu d’un jet privé. Le sien, à titre personnel, puisque Sergio Ramos serait le propriétaire d’un avion, acquis dans le courant du mois de mars dernier. Précisément, un modèle Cessna Citation 560, d’après une information qu’évoque le quotidien généraliste espagnol, La Razón.

[See image gallery at www.sportune.fr]

2 500€ par heure environ, pour louer le jet de Sergio Ramos

Le nouveau défenseur du Paris Saint-Germain aurait investi plus ou moins 2 millions d’euros, pour s’offrir son imposant appareil. Pour en rentabiliser l’achat et l’entretien annuel couteux, quand lui ou sa famille n’en ont pas l’utilité, Sergio Ramos a créé la société Sermos 32 SL, qui l’autorise à louer le jet. Il en coûte en moyenne 2 500 euros de l’heure, le voyage sur ce type d’appareil.

L’un va jouer au PSG, l’autre poursuivre ses activités en Espagne

L’avion est, selon La Razón, stationné dans un hangar à Madrid et immatriculé en Espagne. Le Cessna Citation 560 (voir ci-dessus en images) est un jet d’affaire, de longueur et d’envergure proche ou supérieur à 15 mètres, qui peut accueillir jusqu’à 8 passagers. Maintenant que le défenseur a signé pour deux ans et 21 millions net par an, avec le PSG, Sergio Ramos et Pilar Rubio vont pouvoir profiter de l’appareil, pour faire les allers/retours entre Madrid et Paris, que l’on peut deviner fréquent puisque la journaliste va poursuivre ses activités qu’elle mène, avec la télé espagnole.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles