PSV-Monaco : entrer sans frapper