Une pub dans l'espace coûterait moins cher qu'une pub lors du Super Bowl

PIXABAY

Selon une information rapportée par le journal américain Fortune le 6 octobre, des chercheurs russes de l'Institut des sciences et technologies de Skolkovo (Skoltech) et de l'Institut de physique et de technologie de Moscou (MIPT) ont fait leurs calculs : créer une campagne publicitaire visible depuis l'espace pendant des mois à l'aide de cinquante satellites reviendrait à environ 65 millions de dollars, soit moins que l'ensemble des spots publicitaires diffusés pendant le Super Bowl, la finale de la ligue nord-américaine de football US.

Si diffuser de la publicité depuis l'espace semble relever de la science-fiction, il est parfaitement possible de faire en sorte que des satellites soient visibles depuis la Terre avec les technologies dont nous disposons aujourd'hui. Les astronomes se plaignent souvent des traînées lumineuses dans le ciel, causées par les satellites Starlink de SpaceX.

En ce qui concerne la technologie utilisée pour l'occasion, une campagne publicitaire spatiale impliquerait d'envoyer environ cinquante satellites en orbite héliosynchrone afin qu'ils soient toujours en plein soleil. Ces derniers déploieraient des réflecteurs paraboliques pour capter la lumière, les rendant ainsi visibles depuis la Terre ; les satellites agiraient comme des sortes de pixels, créant ensemble des images.

Le coût est primordial : l'étude estime que le coût total de 65 millions de dollars comprend la fabrication des 50 satellites (48,7 millions de dollars) ; les tests, l'ingénierie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La peinture la plus blanche du monde permettra de faire des économies d’énergie
Le calendrier de la réforme des retraites dévoilé, bientôt la fin des indemnités chômage en cas d’abandon de poste ? Le flash éco du jour
Guerre en Ukraine : les soldats russes qui veulent se rendre peuvent appeler une hotline
Dans cet hôtel, ni eau chaude ni chauffage pour faire des économies
La patronne du FMI tire la sonnette d'alarme face au risque grandissant de récession