Qatar 2022-Népal : les cercueils de la honte

À l'orée de la petite ville de Ghodghans, une ambulance vient de déposer un cercueil au bois clair. Sous un grand arbre, d'un pas hésitant, les habitants commencent à se rassembler. Sur le couvercle est écrit grossièrement, au feutre noir : "Dépouille : Kripal Mandal - Homme - Népal - Bordereau de transport aérien : MAWB/157/7264 1973 - Vol : QR0650/04 - DOH/KTM". Kripal Mandal était ouvrier. Il est mort d'une crise cardiaque au Qatar le 17 février dernier, à seulement 38 ans. Alors qu'une poignée d'hommes au visage masqué par une écharpe fait son apparition pour ouvrir le cercueil, Manju Devi, son épouse, tombe à genoux. Puis elle se penche soudainement sur la dépouille, comme pour l'embrasser, avant d'être retenue par les hommes. Le père, Nagendra, 75 ans, le visage creusé par l'âge et les labeurs du champ, s'approche à son tour pour étreindre son fils une dernière fois. Ses mains elles aussi sont retenues in extremis. Le…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com