Qualif. Coupe du monde 2014 - "La France peut construire sur ce match"

La France a grandi mardi en Espagne. Mais le Brésil est encore loin. Pour s'en rapprocher, il faudra s'appuyer sur ce qui s'est passé à Madrid, pense Maxime Dupuis.

Ludo : Est-ce le match référence des Bleus ?

Maxime DUPUIS : Il l'est évidemment puisque Didier Deschamps n'a que cinq rencontres dirigées derrière lui. Mardi, les Bleus ont défié ce qui se fait de mieux sur la planète football. Alors forcément, réussir à ramener un point de Madrid, après avoir été mené et face à une équipe qui restait sur vingt-quatre matches de qualification gagnés, c'est quelque chose. C'est le premier match-référence de l'ère Deschamps. Il faut juste espérer qu'il débouchera sur des lendemains qui chantent.

Leo : Comment se fait-il que Deschamps ne mette pas Valbuena d'entrée alors qu'il apporte beaucoup? Surtout par rapport à un Ménez inexistant...

M.D. : Mathieu Valbuena fêtait hier sa 17e sélection et a démarré sur le banc, comme souvent. On peut le regretter alors que le Marseillais n'a jamais déçu en équipe de France. Avec Laurent Blanc, il avait réussi quelques grandes prestations mais n'a jamais réussi à s'installer. Pourquoi ? On peut se le demander. Mardi, DD a sans doute préféré Ménez en début de match pour ses fulgurances possibles et sa facilité à se projeter vers l'avant. Le Parisien s'est appliqué à défendre et n'a pas existé offensivement, au contraire de Valbuena, qui a brillé dans un autre registre.

Loicthomas : Pourquoi parler d'exploit ? La France est une grande nation, non ?

M.D. : C'est un exploit car personne n'avait accroché l'Espagne à domicile depuis belle lurette. Et que les Ibères ont gagné les trois plus grosses compétitions internationales possibles, ce que personne n'a réussi avant elle.

Pour ce qui est de la deuxième partie de votre question, il y aurait tant à dire... La France est-elle une grande nation de football ? Elle a eu de grands joueurs, de grandes équipes. Mais elle reste tout de même sur deux compétitions sur trois qui se sont terminées au premier tour. Etre une grande nation ne veut rien dire. C'est sur le terrain qu'il faut le montrer, ce que la France a rarement fait ces dernières années.

Pato : Pourquoi l'arbitre a annulé le but de la France ?

M.D. : Parce qu'il a jugé que Karim Benzema était hors-jeu au moment où Yohan Cabaye a frappé son coup franc. Ce qui n'a pas convaincu grand monde. Et notamment pas la presse espagnole qui jugeait ce matin que le but de Ménez était bel et bien valable. Honnêtement, c'était très dur à juger. Voire même impossible. La tribune de presse de Vicente-Calderon est dans l'alignement de la surface de réparation et vu de là-haut, personne n'a rien vu.

Flush : Pensez-vous que la France aurait mieux joué avec Olivier Giroud titulaire ? Benzema a encore une fois raté son match...

M.D. : Non, je ne crois pas. Olivier Giroud existe principalement dans la surface de réparation alors qu'il fallait des hommes capables de mener des contres et prendre les espaces. Je ne pense pas que sa présence au coup d'envoi eut changé grand chose. A la fin, en revanche, il a transformé sa seule occasion. Au bon endroit, au bon moment, Giroud a fait la différence quand son équipe a eu le ballon. Quant à Benzema, il y a deux manières de voir son match, elles ne sont d'ailleurs pas nécessairement contradictoires : certains se réjouiront de son apport dans le jeu et des occasions qu'il a eues ou celles qu'il a créées. D'autres rétorqueront qu'il n'a toujours pas marqué et que cela dure depuis juin.

Thomok : Qui est l'homme du match ?

M.D. : Pour moi, c'est Hugo Lloris. Sans aucune hésitation possible. Le gardien de l'équipe de France a permis à ses coéquipiers de rester dans le match en arrêtant le penalty de Cesc Fabregas puis en repoussant deux tentatives de près de Xavi et Pedro. La France était au bord du précipice. Elle n'y est pas tombée, grâce à son portier.

Ol-france : Pensez-vous que les dernières performances de Ribéry, encore excellent hier soir, soient dû au fait que les medias le laissent "tranquille" et le laissent du coup s'exprimer sans pression ?

M.D. : Franck Ribéry marche à l'affectif. Lui-même le dit. Et il est vrai que depuis France - Islande, n a retrouvé le vrai Franck Ribéry. Est-ce parce que les médias l'ont laissé tranquille ou est-ce parce qu'il est bon que les médias l'ont laissé tranquille ? C'est un peu l'histoire de l'oeuf et de la poule. On ne sait pas qui est arrivé avant l'autre. Mais une chose est sûre : Ribéry a besoin de se sentir bien dans sa peau pour briller. C'est le cas. Et c'est tant mieux.

Florian : Sissoko a marqué des points hier, ne trouvez-vous pas ?

M.D. : J'avoue avoir été sceptique quand Moussa Sissoko est entré en jeu et s'est placé sur le côté droit. Et finalement, le Toulousain s'en est bien sorti. Bon, pas dans la finition. Mais dans la préparation, il a fait le travail. Il est d'ailleurs avant-dernier passeur sur le but de GIroud.

Mauricevlan : Comment cet évènement a t-il été perçu en Espagne ?

M.D. : Eh bien les Espagnols ont reconnu que la France avait mérité le nul, et qu'elle aurait même pu gagner. La presse dans son ensemble est plutôt étonnée du comportement de la Furia Roja lors de la seconde période. Marca a parlé de "gâchis". Mais les Espagnols ne sont pas inquiets pour autant. Loin de là. Maintenant, les regards sont tournés vers Saint-Denis et le match retour de mars.

Jeando : Pensez-vous que la France peut battre l'Espagne a domicile ?

M.D. : Pour aller au Mondial sans passer par les barrages, il le faudra assurément. Car ce n'est pas la différence de buts particulière qui départagera les deux équipes en cas d'égalité mais la différence générale. Compte tenu du potentiel offensif espagnol, mieux vaut tabler sur une avance d'au moins un but plutôt que d'un but. En cas de défaite à Saint-Denis, il sera très compliqué de revenir sur les Espagnols, qui ont déjà gagné deux de leurs matches pièges à l'extérieur, en Biélorussie et en Géorgie.

Fan91 : L'axe central est-il à changer ?

M.D. : C'est selon moi l'un des points noirs de ce match. Les erreurs de marquage de Sakho sur Ramos, le penalty concédé par Koscielny ont terni la prestation des deux hommes. Faut-il changer les hommes ? Je ne changerai pas Sakho, qui a fait preuve de caractère et a su se relever. Aussi, le Parisien avait été impeccable depuis l'arrivée de Deschamps. Il a peut-être grillé un joker mais il est encore jeune. Quant à Koscielny, je suis plus réservé. Mapou Yanga Mbiwa devrait récupérer sa place face à l'Italie. Ce serait logique.

Tito : Ne pensez-vous pas que l'Espagne aurait pu tuer le match en accélérant son jeu plutôt que chercher à maîtriser?

M.D. : C'est en tout cas ce que Vicente del Bosque a reproché à ses hommes. L'Espagne a un peu trop calculé et géré le 1-0. A l'Euro, ça avait marché mais les canines françaises étaient moins limées.

Seoul : L'équipe de France hier a signé un grand match car elle réussi à imposer son jeu face à une équipe d'Espagne championne du monde. Pourquoi n'est-elle pas capable de gagner aisément face à des équipes qui sur le papier sont à sa portée ?

M.D. : On va commencer par un poncif : il n'y a plus de petites équipes. Il n'est jamais évident de faire de grands matches face à des adversaires de plus faible valeur. Regardez bien, il n'y a pas des masses d'équipes capables de dérouler face aux petits. Et il est plus facile de sortir un grand match, au niveau de la concentration ou de l'envie notamment, lorsqu'on défie l'Espagne que face au Luxembourg. Encore faut-il avoir le talent pour réussir un résultat. Hier, les Bleus ont prouvé qu'ils l'avaient.

Assainte : Matuidi est-il maintenant un cadre de l'équipe de France ?

M.D. : Non, quand même pas. Mais ce qu'il a réussi hier est remarquable. Assurément. Après, n'oubliez pas que Matuidi a aussi joué parce que Diaby était absent. En revanche, si Blaise Matuidi continue comme ça et qu'Abou Diaby avait des problèmes pour revenir en raison de ses multiples blessures, le Parisien deviendrait rapidement un joueur qui compte.

Melvin : Vous êtes dur avec Koscielny, il a pourtant fait un bon match...

M.D. : Vous dites cela car le résultat final est de 1-1. S'il y avait eu 2-0 à la pause, en raison du penalty, vous ne tiendriez pas le même raisonnement. Koscielny a souvent été performant lors de la rencontre. Sauf sur des relances hasardeuses et ce penalty grossier. Ce n'est peut-être qu'une erreur, mais elle est majeure. Et en équipe de France, c'est interdit.

Kevin : La France peut-elle afficher un visage similaire ?

M.D. : Là est l'enjeu des prochains mois. Didier Deschamps ne s'est d'ailleurs pas trompé. La France peut construire sur ce match. Mais il ne faut surtout pas se croire arrivé. A DD de le rappeler à ses joueurs. A ces derniers de bien recevoir le message. L'aventure commence à peine. Pour voyager, il faudra rester humble.

Bibi : Suite au match d'hier soir qui a vu une équipe construite de bric et de broc, mais qui a vu ces joueurs répondre présents, la liste des "sélectionnables" peut-elle encore être amenée à bouger ?

M.D. : Elle bougera forcément. Car une équipe nationale n'est jamais figée et aussi car Mavuba, Diaby, Yanga Mbiwa notamment n'étaient pas disponibles mardi. Ils reviendront et c'est tant mieux. Mieux vaut un trop plein qu'une absence de talent.

Lire aussi
FANTASY LFP - Le Fantasy officiel de la Ligue 1 débarque sur Yahoo Sport - Jouez maintenant