Quand le Real était prêt à tout pour attirer Messi

FOOTBALL LEAKS – En 2013, les Merengue avaient entamé des négociations avec l’Argentin. Peu avant de prolonger Cristiano Ronaldo, à des conditions bien inférieures à celles promises à son rival de toujours.

Malgré le contrat en or offert par le Real, la Pulga a préféré la stabilité barcelonaise. (Getty)

Si aujourd’hui, Messi semble indissociable du Barça, la Pulga a bien failli porter les couleurs du rival honni, le Real Madrid. S’appuyant sur les documents issus de Football Leaks, Mediapart révèle en effet que le club madrilène envisageait de recruter l’attaquant argentin en 2013, se disant prêt à lui offrir un pont d’or.

Ainsi, un mail envoyé par l’avocat du joueur au père de Messi, daté du 23 juin 2013, révèle que le Real s’était déclaré prêt à payer la clause libératoire du joueur, à savoir 250 millions d’euros. Le contrat alors proposé s’étendait sur huit saisons, avec un salaire net d’impôts supérieur à 23 millions d’euros. Enfin, la Maison Blanche se disait prête à rompre avec une tradition mise en place depuis le début des années 2000, en laissant à l’attaquant 100% de ses revenus tirés du sponsoring. Soit un revenu supplémentaire estimé à 20 millions d’euros. Dans ce courriel, Iñigo Juarez affirme au père de l’Argentin que les Merengue “sont prêts à tout dépenser pour son fils“.

Surtout, alors qu’à cette époque, Lionel Messi est en proie à des soucis avec le fisc espagnol, qui l’accuse de fraude fiscale – il sera condamné en 2016 -, le Real se dit prêt à l’aider à régler cette affaire. “Ils me disent qu’ils font pression sur Mariano Rajoy (le président du gouvernement espagnol) pour parvenir à une solution favorable à votre fils”, explique l’avocat, précisant toutefois que cela ne lui semble pas “très crédible“.

Finalement, le clan Messi déclinera l’offre faramineuse et signera un nouveau contrat avec le Barça moins d’un an après. De son côté, le Real prolongera Cristiano Ronaldo, qui aurait sans aucun doute dû faire ses valises en cas d’arrivée de l’Argentin. Au passage, CR7 verra son salaire réévalué de 10 à 17 millions d’euros. Loin, très loin des 23 millions proposés à son meilleur ennemi.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages