Quartararo espère un top 5 pour sa dernière course avec Petronas

Léna Buffa
·2 min de lecture

Auteur des meilleures qualifications sur l'ensemble de la saison, ce qui lui vaut de remporter le BMW Award, s'élancera de la cinquième place pour le dernier Grand Prix de l'année, dimanche au Portugal. Un résultat qui n'a, certes, pas la saveur de ses quatre pole positions de l'année, mais qui le réconforte après de récentes épreuves difficiles.

"Ça a été une journée positive. À Valence, on avait beaucoup de mal, on était très loin − 16e, 17e, 11e − et aujourd'hui, même si on a été en difficulté, on a quand même réussi à faire P5 en qualifs, ce je trouve positif parce que je ne me sentais pas très bien", explique le pilote Petronas après les qualifications du Grand Prix du Portugal.

"Pour moi c'est positif de faire cinquième en qualifs sur une journée difficile, parce qu'à Valence on était complètement perdus. Je pense que c'est vraiment bien de terminer P5 quand les choses ne se passent pas très bien", souligne le jeune Niçois, qui voit dans ce résultat le signe de ce qu'il aurait fallu réussir à obtenir pour conserver de bonnes chances au championnat : "Cette année, je pense qu'on a manqué de constance et j'espère qu'on l'aura l'année prochaine, car ce sera très important."

Lire aussi :

Qualifs - Oliveira s'offre la pole à domicile !

Ainsi positionné en deuxième ligne, entre les Honda de Cal Crutchlow et Stefan Bradl, Fabio Quartararo espère tirer son épingle du jeu pour ce qui sera sa dernière course avec le team Petronas, bien qu'il se sente hors jeu pour la victoire. "Je pense que si on trouve quelque chose de positif demain, le top 5 serait une très bonne position. Miguel [Oliveira] et Pol [Espargaró] ont un super rythme, ils seront difficiles à suivre, mais je me sens confiant et je pense qu'on peut réussir à faire une bonne course demain", estime-t-il.

La principale problématique restant à régler à ses yeux en vue des 25 tours de la course concerne la tenue des pneus. "L'usure est très forte et c'est la raison pour laquelle je vais prendre le super dur. J'espère avoir un bon grip, stable pour les cinq derniers tours de la course", souligne-t-il. "Le pneu se détruit très vite. J'ai de très bonnes sensations avec le pneu dur, mais le super dur est très bien aussi. Je pense qu'il sera très important de voir au warm-up quelle est la constance avec toutes les gommes, parce qu'en pneus neufs on n'est pas mal. Je pense pouvoir faire une bonne course demain, on peut encore afficher un bon rythme et je veux terminer sur une bonne note."